dimanche 4 décembre 2016

Pétronille





Auteur : Amélie Nothomb
Genre : Contemporaine
Editions : France Loisirs
169 pages
Prix : 6.30
Synopsis :
« Au premier regard je la trouvai si jeune que je la pris pour un garçon de quinze ans. »







Mon avis :

Pour une fois, je pense que mon avis sera assez bref... 

Si vous me suivez depuis longtemps, vous savez, pour la plus part, mon amour pour cette romancière. Je voue à Amélie Nothomb une dévotion inconditionnelle. J'aime son style, ses métaphores, son histoire, ses interrogations, ses descriptions et son intelligence.

J'aime son brin de folie, sa passion et sa culture. 

Mais cette fois-ci, je suis passée totalement à côté. Alors que la plus part du temps, je m'immerge totalement dans le roman, dès la première ligne, là, pour le coup, je ne suis pas du tout rentrée dans l'histoire. 
Je n'ai pas retrouvé cette évasion si cher à mon cœur. Je n'ai pas aimé, cette jeune fille trop antipathique à mon goût, le personnage secondaire, et c'est encore un mot trop léger pour dire ce que j'ai ressenti.
C'est sans doute ce qui à pêché dans toute ma lecture. Ce manque d'appréciation à l'égard de cette demoiselle. Je n'ai pas apprécié sa répartie, je n'ai pas trouvé un seul moment plaisant en sa compagnie, et quand on comprend qu'Amélie la choisi comme compagne de beuverie, j'ai compris que toute cette compagnie allait m'empêcher d'apprécier cette histoire.

Même la fin est décevante ! J'aurais préféré un autre choix que celui apporté par l'auteur. Peut-être le contraire...

Déception évidente, j'ai même pensé avoir perdue mon temps avec ce livre. Et finalement, le connaitre ne m'aura inspiré qu'ennuie.
J'espère vite retrouver mon Amélie, brillante comme je l'aime.

vendredi 2 décembre 2016

Alfie Bloom


Tome 1 : Alfie Bloom et l'héritage du druide
Auteur : Gabrielle Kent
Edtitions : Michel Lafon
Genre : Fantastique Jeunesse
Prix : 14.95
297 pages
Synopsis : 
Alfie Bloom est un garçon ordinaire, jusqu’au jour où il reçoit un héritage inattendu : un château ! Et pas n’importe lequel, le château d’Hexbridge, un endroit bizarre où les majordomes ont de bien étranges pouvoirs et où les peaux d’ours peuvent voler. Le garçon y découvre bien vite que les circonstances de sa naissance font de lui l’unique gardien d’une magie vieille de plusieurs siècles. Avec l’aide de ses cousins, Maddie et Robin, il devra tout faire pour la contrôler et la protéger des forces obscures qui veulent s’en emparer.


Mon avis :

C'est un roman que j'attendais avec beaucoup d'impatience. La couverture est juste superbe, et prête à l'imagination ; et la quatrième de couverture amenait ma curiosité à son paroxysme.

Malheureusement pour moi, le soufflé est retombé peu à peu, pour finir par une petite déception.
Mais reprenons dans les détails...

Je ne peux pas dire que ce roman est inutile. Pour être plus sincère, je pense que le public visé à plus l'âge de raison, et qu'un adolescent/adulte, trouvera qu'il est bien trop lent pour attirer son attention.
Il est vrai qu'il remplira parfaitement sa fonction pour un enfant, et que je n'ai rien à dire à cela. Mais alors que je m'étais habituée à dévorer des romans de ce genre, qui sont pourtant adressé à des plus jeunes, souvent plus rechercher pour satisfaire un plus grand panel de lecteur, j'ai trouvé que cette histoire manquait d'intérêt.

Pourtant, l'intrigue était riche en aventures. Une Maison mystérieuse, un héritage magique, un dragon, des disparitions... De quoi nous divertir!
Il n'en ai rien. Peut-être un manque de rythme dans la narration, ou dans le style qui n'est pourtant pas si mal... 
Il faut reconnaître que nous avons à faire à un premier tome. Les personnages s'installent et l'intrigue est effleurée. Peut-être que la suite sera plus palpitante. Mais il m'a manqué d'une touche explosive, pour réussir à m’appâter.

Et que dire des cousins d'Alfie... Je le reconnais, ils ne m'ont inspiré aucune émotion. Ils étaient là, histoire de donner des camarades de jeux à l’hérité, mais rien de palpitant selon-moi.
Au contraire, j'ai beaucoup aimé le majordome qui, il me semble, a un immense potentiel et nous cache beaucoup de chose. Je suis allée de supposition en supposition avec ce personnage, ce qui n'est pas pour me déplaire.
J'ai aussi aimé les différentes moments où l'ancien propriétaire du château intervient. 

Les méchantes directrices apportent également un certain piquant qui sauve légèrement ce roman. Un bon point pour la galerie des punitions qui a su emballer mon imagination.

Je souhaitais terminé par une touche positive, car bien que je n'ai pas trouvé ce livre transcendant, je pense qu'il doit être mit entre les mains d'enfants.


Ma note : 15/20



tome 2 : Alfie Bloom et le voleur de talisman
Auteur : Gabrielle kent
Edition : Michel Lafon 
Genre : Fantastique Jeunesse
Pages 
Prix : 
Synopsis :
Du jour au lendemain, la vie solitaire et sans intérêt d'Alfie Bloom a été bouleversée quand il a hérité du château de Hexbridge. Mais le prix est lourd à payer : des dangers qu'il n'aurait jamais imaginés le guettent désormais à chaque instant. Quand Ashford, son ami le majordome, est enlevé sous ses yeux au beau milieu de la nuit par des elfes malfaisants. Alfie ne sait plus à qui se fier. Pour le récupérer, un terrible échange est proposé...




Mon avis :

Je remercie, tout d'abord, les éditions Michel Lafon pour ce partenariat et la confiance qu'ils m'ont accordé.

Bien que ma précédente lecture soit un peu décevante, je ne pensais pas avoir l'opportunité de lire le deuxième tome. Parce qu'il était assez évident, pour moi, que je n’adhérerais pas à cette suite. N'ayant pas su trouver le petit plus qui aurait capter mon attention (je parle du premier roman), j'avais donc mis un frein à ma lecture. Mais voilà, j'aime les secondes chances. 
Forte heureusement, je suis une tête de mule qui pense que nous pouvons toujours trouver une touche d'intérêt, dans n'importe quel livre. Alors pourquoi pas ce second tome ? D'où l'opportunité de ce partenariat. 

Je parlerais tout d'abord, de la couverture qui est tout juste superbe ! J'aime beaucoup cette couleur vive et ce dessin très représentatif à l'histoire. 

Nous retrouvons Alfie et ses acolytes, dans les couloirs du château d'Hexbrigde, à la recherche de ses nombreux secrets et d'indices laissés par l'ancien propriétaire. Mais alors que tout semble tranquille désormais, Ashford est enlevé par des elfes et devient une monnaie d'échange redoutable. Sa vie contre le talisman magique d'Alfie.

Je dois reconnaître que ce second opus est bien plus dynamique que le précédent. Et là où je m'étais ennuyée dans le premier tome, j'ai eu plaisir à lire cette histoire. 
Pour le coup, je ne me suis nullement ennuyée. Cherchant à comprendre les réactions d'Ashford ; souhaitant qu'Alfie et sa bande se sortent des griffes de ces nouveaux ennemies ; intriguée par certains personnages secondaires ; envieuse de ce tapis ours si utile. 

Il est certain cependant que l'auteur s'adresse à un public plutôt jeune, mais j'ai su trouver ma part d'intrigue et de révélation. 
Tout s’enchaîne naturellement, et j'ai eu l'impression que le travail fournit était plus prolifique. On devine certains faits, mais d'autres nous surprennent et rendent notre lecture intéressante. Je n'irais pas jusqu'aux éloges, mais j'ai trouvé ce second tome bien meilleurs à conseiller. Je me suis laissée surprendre à tourner les pages avec intérêt, et suite à ma lecture, je ne peux que constater le réel plaisir qu'il m'a procurer.

Désormais, j'attends la suite...


Ma note : 16,5/20



jeudi 1 décembre 2016

Bilan du mois de Novembre 2016


Bonjour à tous, amis lecteurs ou de passage !

Si je ne me trompe pas, cela fait presque deux années complètes que ce billet n'était pas apparut sur mon blog.
Un peu comme tout, je l'avais mis de côté parce que je ne me retrouvais plus dans cette petite chronique. Mais depuis peu, mon envie de vous faire partager mes lectures a repointé le bout de son nez ! Et c'est donc avec beaucoup de plaisir, que je ré-ouvre ce bilan mensuel ! 

Comme l'écriture, la lecture a repris ses droits sur ma vie. Et bien que j'accorde du temps à cette passion, j'ai tout de même ralentie l'allure. Mes objectifs sont bien plus raisonnables, et alors que je m'imposais un chiffre conséquent, aujourd'hui, je désire retrouver les joies d'une lecture détente, et plaisante.



Ce qui donne en chiffre :
5 romans, soit 1931 pages lus

Je vous souhaite à tous de très belles lectures pour le mois de Décembre !



jeudi 17 novembre 2016

Nos étoiles contraires

Auteur : John Green
Edition : Nathan
Genres : Jeunesse ; Romance
Prix : 16.90
323 pages
Synopsis :
Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.


Mon avis :

Longtemps j'ai retardé cette lecture. 

La première raison, le sujet. Difficile d'appréhender un roman qui traite du cancer. Surtout sur des enfants. Dans le même genre, je m'étais déjà "imposée" Oscar et la dame en rose d'Eric Emmanuel Schmitt. J'en étais ressorti complètement bouleversée, impressionnée par le courage de ce petit garçon. Et il m'avait fallu du temps pour émerger de cette histoire, et retourner à mon quotidien sans cette maladie. 
D'où cette réticence à lire de nouveau un ouvrage sur ce thème. Je m'implique trop dans ces personnages...

La deuxième raison, se porte plus sur l'engouement des lecteurs. Tant d'éloge ne pouvait que fausser mon jugement. Je suis une personne influençable, voyez-vous... 
N'allais-je pas être portée par cet amour médiatique ? 
Je craignais, à l'inverse, n'éprouver aucune sympathie pour ce livre. L'anticipation ressentie, en début de lecture, étant grandement trompée par toutes ses critiques positives... 

Vous comprenez, désormais, ma problématique... ou devrais-je dire, mes problématiques.

Prenant mon courage à deux mains, je me suis lancée... et... ce fut un désastre. 

Hazel ne m'a pas du tout convaincu. Elle ne m'a inspiré aucune émotion. Ni plaisir, ni joie, ni tristesse. Je n'ai pas réussi à lui trouvé un petit quelque chose, et j'ai été agacé par sa négativité permanente. 
Résultat, je ne suis pas du tout rentrée dans cette histoire. 

Bien que certains personnages soient un peu plus intéressant. L'écrivain, par exemple. Il n'en reste pas moins que ma lecture fut... contraignante.
Je n'avais qu'une envie, l'arrêter. Mais voilà... je suis incapable de laisser un livre de côté. Je pense toujours que, peut-être, le final relèvera un peu le livre, et têtue comme une mule, je persiste et je signe.

Alors je cherche les bons côtés... 
Augustus, n'est pas si mal, mais le couple qu'il forme avec Hazel ne m'a pas ému du tout. Je reconnais toutefois, avoir verser une petite larme à la fin. Mais si je dois être honnête avec vous, j'ai la larme facile, pour toutes les petites émotions qui passent près de moi. Mon baromètre émotionnel n'est pas à prendre en compte.

Pour finir, et je m'arrêterais là dans cette critique désastreuse, l'auteur à un style un peu trop simple à mon goût. Pas assez étoffé et qui me laisse un peu froide. 
C'est mon deuxième livre et comme le précédent, il ne me laissera pas un grand souvenir. Juste de la déception... et encore... étais-je vraiment excitée de connaitre, enfin, Nos étoiles contraires... Je suis septique...

Restons en là.


Ma note : 13/20

mardi 15 novembre 2016

La maîtresse de guerre

Auteur : Gabriel Katz
Edition : Scrineo
Genre : Fantasy
Prix :
446 pages
Synopsis : 
Dans le même univers que celui du Puits des mémoires, Kaelyn, fille d’un maître d’armes, rêve de reprendre le flambeau paternel, tandis que les autres filles de son âge rêvent d’un beau mariage. Elle a le talent, l’instinct, la volonté. Elle ne demande qu’à apprendre. Mais cela ne suffit pas : c’est un monde dur, un monde d’hommes, où la place d’une femme est auprès de son mari, de ses enfants, de ses casseroles. Il va falloir lutter. Elle s’engage donc dans cette grande armée qui recrute partout des volontaires pour aller se battre au bout du monde. Des milliers de soldats partis « libérer » le lointain sultanat d’Azman, plaque tournante de l’esclavage, terre barbare où règnent les cannibales. Dans la violence de la guerre, elle veut acquérir seule ce que personne n’a voulu lui enseigner. Mais le grand sud, plongé dans le chaos de l’invasion, va bouleverser son destin bien au-delà de ses attentes…

Mon avis :

Depuis quelque temps j'avais l'envie de découvrir cet auteur sous un nouveau jour. Bien que ma précédente lecture, une trilogie portant le nom du Puits des mémoires, soit également de la Fantasy, j'avais de légère crainte. Aurais-je le même engouement ? 

Ne m'attendant véritablement à rien, je me laissais donc porter vers cette nouvelle histoire. 

La guerre est imminente, et Kaelyn attend son heure. Embarqué comme soldat, sur un bateau qui la mène vers une terre hostile, elle cherche à faire ses preuves.
Fille d'un maître d'armes, la jeune fille ne se sent pas à sa place dans ce monde régit par les hommes. La culture sexisme de son pays la révulse, elle qui ne souhaite qu'une seule chose, pouvoir apprendre le maniement des armes.
Mais alors que les premiers combats font rages, son destin va être chamboulé drastiquement. Une rencontre, un maître de guerre, destructeur et sanguinaire, va tuer tout ses camarades, excepter la jeune femme. 
Devenant son esclave, Kaelyn va tout faire pour le convaincre de devenir son apprenti même si pour cela, elle doit trahir son propre camp.

Bien que pour moi la trilogie du Puits des mémoires restent indétrônable, j'ai vraiment pris plaisir à retrouver cet auteur.
Il me suffit de quelques mots pour rentrer dans son univers. Et sa vision de ses royaumes ma captivée. C'est ce que j'aime dans ces textes. Cette façon de décrire une société créé de toute pièce et pourtant familière. L'art de la Fantasy...

Pour en revenir à l'histoire, j'ai beaucoup aimé cette héroïne, volontaire, qui pense, dans un premier temps, délivrer un royaume de la barbarie. Fourvoyé dès son entrée en guerre, la jeune femme constate peu à peu, que ce peuple lui ressemble beaucoup plus qu'elle ne l'aurait cru. 
Gabriel Katz nous dépeint une communauté divisée. Formé de noble, et de gens sans le sous, mais également d'esclave à la condition difficile. J'ai adoré le personnage du maître de guerre. Un géant taciturne, qui ne dévoile rien. Un brillant guerrier, au service d'un royaume d'ingrats, conspirateurs et meurtriers. Lui même étranger, il n'en ai pourtant pas moins une pièce maîtresse dans les combats contre leurs envahisseurs. Ses stratégies confirment leur supériorité tactique, et Kaelyn voit en lui son salut dans cet avenir incertain.

Le rythme de ce roman est assez soutenu, et c'est l'un des bons points de ce livre. Toutefois, et j'en viens donc à ce qui m'a chagriné... Je pense qu'il aurait mérité un deuxième tome, pour étoffer un peu l'ensemble et surtout la fin de cette histoire.
Car malheureusement, si j'ai bien une frustration, c'est que la fin me semble bâcler. Pourquoi ne pas rajouter une bonne centaine de page ! Il l'aurait mérité. Car ce final est bien trop rapide à mon goût. Les détails apportés tout au long de ma lecture, manquaient. Je n'ai pas retrouver le plaisir ressenti dans les trois quart de histoire. Alors que nous aurions pu creusé un peu plus dans les méandres de la guerre, le soufflé est retombé. 

C'est donc une lecture en demi teinte qui aurait mériter tellement plus. 


Ma note : 16/20