vendredi 10 août 2018

Une fille comme elle

Auteur : Marc Levy
Edition : Robert Laffont
Genre : Contemporain
373 pages 
Prix : 21.50
Synopsis :
New York, sur la 5e Avenue, s'élève un petit immeuble pas tout à fait comme les autres… Ses habitants sont très attachés à leur liftier, Deepak, chargé de faire fonctionner l'ascenseur mécanique, une véritable antiquité. Mais la vie de la joyeuse communauté se trouve chamboulée lorsque son collègue de nuit tombe dans l'escalier. Quand Sanji, le mystérieux neveu de Deepak, débarque en sauveur et endosse le costume de liftier, personne ne peut imaginer qu'il est à la tête d'une immense fortune à Bombay… Et encore moins Chloé, l'habitante du dernier étage. Entrez au N°12, Cinquième Avenue, traversez le hall, montez à bord de son antique ascenseur et demandez au liftier de vous embarquer… dans la plus délicieuse des comédies new-yorkaises !

Mon avis :

Cela fait bien longtemps qu'un roman de Marc Levy n'avait pas croisé ma route. Mais qui suis-je pour résister, lorsqu'un père, pour faire plaisir à sa fille, lui offre ce livre ? Il m'est impossible de dire non quant il s'agit d'un roman. 
Du coup, me voilà avec le dit ouvrage dans les mains, et bien que je ne sois pas une grand fan de monsieur Levy, comment vous expliquez que ce résumer me faisait diablement envie.

Voilà une histoire parfaite pour mes longues journées d'été !

Plusieurs personnages se croisent dans ce roman, et ils ont tous un point commun : Un ascenseur manuel. L'un des derniers dans New York, une antiquité chouchoutée par deux liftiers. Près de quarante ans de carrière dans ce petit appareil de trois mètres carrés, de quoi rendre un peu fou, c'est tout le contraire pour Deepak, qui vénère son outil de travail, et qui aime pouvoir rendre service aux habitants de son immeuble, bien que certains soient parfois irrespectueux. 
Mais alors que sa routine quotidienne roule sans anicroche, voilà que l'un des neveux de sa femme débarque de l'Inde. Un homme dont il ne connaissait même pas l’existence, et qui va tout chambouler dans sa vie bien rangée.

J'ai vraiment apprécié cette lecture. Comme souvent avec Monsieur Levy, la lecture est facile (et ce n'est pas négatif dans ma bouche), l'aisance qu'il a pour raconter des histoires est toujours très agréable, et bien que je n'en lise pas beaucoup, je suis toujours surprise de me retrouver à la fin d'un de ses livres, le sourire aux lèvres et l'esprit serein. 

L’histoire est toute mignonne, et j'ai beaucoup aimé certains des personnages qui croisent la route de Deepak et Sanji. La tante, pour commencer, est une adorable indienne qui porte beaucoup d'espoir lorsqu'elle rencontre pour la première fois son neveu. On sent qu'elle souhaite plus que tout retrouver cette vie perdue, et bien qu'elle aime son mari éperdument, au point d'avoir tout quitter pour lui, le manque cruel de son pays se fait sentir dans chacun de ses actes. C'est une dame douce et touchante, qu'il m'a plus de pouvoir observer dans ce roman.
Et puis, il y a Chloé, j'adore ce prénom, une jeune handicapée à qui il manque 40 centimètres de jambe. Une jeune fille qui habite au 8ème étage d'un immeuble et qui a pour ascenseur, un appareil manuel... Cette jeune fille est un peu le lien entre tous les autres, et j'ai vraiment aimé son combat, sa ténacité, sa gentillesse et sa soif de tendresse.
Je ne vous parlerais pas de tout les habitants, ni personnages qui croisent notre route dans cette lecture, mais tous ont un côté appréciable et ils apportent chacun à leurs manières, un petit quelque chose à cette histoire.

Voilà une lecture fraîche, et assez feelgood. Un roman propice à ces fortes chaleurs. Un livre que l'on pourrait emporter en voyage, sur une plage, dans un train ou en haut d'une montagne... 

Ma note : 17/20

jeudi 9 août 2018

Tobie Lolness

Tome 1 : La vie suspendue
Auteur : Timothée de Fombelle
Genres : Jeunesse ; Fantasy
Edition : Folio junior
394 pages
Prix : 8.50
Synopsis :
«Tobie Lolness mesurait un millimètre et demi, ce qui n’était pas grand pour son âge.» Ainsi commence le récit des aventures du jeune Tobie, qui appartient au peuple du grand chêne. Ce peuple ne connaît pas d’autre univers que celui de l’arbre, creusant ses maisons dans les branches, traçant ses chemins dans les sillons de l’écorce, faisant travailler les charançons, élevant leurs larves pour se nourrir. Le père de Tobie, savant génial et sage, a refusé de livrer le secret d’une invention révolutionnaire qui permet de transformer la sève de l’arbre en énergie motrice. Il sait que certains s’en serviraient au détriment de l’arbre. Furieux, le Grand Conseil a condamné la famille Lolness à l’exil dans les Basses-Branches, territoire sauvage et sombre, près de la frontière des Pelés. Là pourtant, Tobie vit heureux et rencontre Elisha qui devient son amie. Mais les Lolness sont rejugés et, cette fois, condamnés à mort. Seul Tobie parvient à s'échapper. Se cachant au creux des écorces, courant parmi les branches, Tobie fuit, traqué par les siens…

Mon avis :

J'ai eu longtemps envie de lire un roman de Timothée de Fombelle. Voilà qui est fait ! Et je ne suis vraiment pas déçue.

Depuis qu'il a croisé mon regard, ce livre m'interpelle. Il faut dire que je suis rarement déçue par les éditions Folio Junior. La synopsis était très intéressante, et j'ai été très intriguée par ce petit bonhomme d'un millimètre et demi. 
J'aime l'idée d'écrire sur un petit peuple, et j'espérais une immersion complète dans cette univers...

L'histoire commence de façon dynamique. Très vite, nous comprenons que le personnage de Tobie est dans une situation très compliquée. Des hommes violents et assoiffés de vengeance sont à sa poursuite, et le jeune garçon, caché dans une écorce, ne doit son salut qu'à son envie de vivre.
Mais pourquoi se retrouve-t-il dans cette situation ? Pourquoi est-il en sang, apeuré et isolé ? Qu'a-t-il bien pu faire pour que tout son peuple souhaite sa mort ?
Voilà l'histoire de Tobie Lolness. Une aventure palpitante dans un lieu atypique. Un arbre.

J'ai adoré la construction de ce premier tome. Tout ne nous est pas dévoilé à la seconde, nous avançons pas à pas en suivant ce jeune homme courageux, et les réponses nous sont apportés peu à peu...
J'ai plusieurs fois eu l'impression de lire un Roal Dahl, ce qui est un énorme compliment sortie de ma bouche. Je suis une fan inconditionnelle de cet auteur, et l'écriture de Monsieur De Fombelle m'a semblé familière. J'aurais aimé lire cette histoire, enfant. J'ai trouvé l'aventure excellente, à la fois douce est cruelle, joyeuse et triste. J'ai aimé les personnages, Tobie et sa bravoure, Elisha et son intrépidité, les Lolness si amoureux et curieux de tout. 

Et puis il y a les illustrations de François place, je les trouve merveilleuse. Là encore, il me fait étrangement penser à Quentin Blake, un de mes dessinateurs préférés. Tout était réunis pour que je succombe.

C'est un livre que je conseille aux petits comme aux grands. J'ai aimé les moindres détails de cette histoire et je me mords juste les doigts de ne pas avoir la suite sous la main.



Ma note : 17/20

~~~




Tome 2 : Les yeux d'Elisha
Auteur : Timothée de Fombelle
Genres : Jeunesse ; Fantasy
Edition : Folio junior
426 pages
Prix : 8.50

Synopsis :
Après deux années passées avec le peuple de l'herbe, Tobie décide de repartir vers l'arbre. Ses parents sont sûrement encore vivants et prisonniers. Il veut aussi retrouver ses amis et découvrir le moyen de sauver l'arbre de la destruction qui le guette. De son côté, Elisha est retenue prisonnière par Léo Blue qui n'attend que son improbable consentement...




Mon avis :

Quel bonheur de retrouver cette petite saga si touchante.

Que dire de ce deuxième tome... un coup de cœur confirmé pour un univers si atypique qui avouons-le, me fait pas mal rêver. J'aime cette idée d'être minuscule, peuplant un arbre et se battant pour sa conservation. 
Un peu comme nous à l'heure actuelle, qui essayons, sans trop y parvenir, à garder notre terre seine... et impuissant face aux grosses industries qui la détruisent. 
Tobie doit se battre pour cette survie, mais également pour l'avenir de ses proches. 

Réfugié dans les plaines, sa décision de revenir est prise, et grâce à deux de ses compagnons de voyage, le voilà de retour dans son arbre. Mais celui-ci à bien changé, il s'étiole, creusé de toute part par l'entreprise de Jo Mitch, et gouverné par un fanatique, l'ex ami de Tobie, Léo Blue qui a juré de ce venger des Pelés  (les hommes des pleines).

Les enlèvements de ces petits êtres tranquilles, le lichen qui avance peu à peu et détruit tout, et la soumission des habitants de l'arbre, dépeignent un avenir incertain pour tout ce petit monde.
Les parents de Tobie sont retenu dans les galeries de Jo Mitch, et pour rajouter à l'ensemble de ce tableau catastrophique, Elisha, la femme qu'il aime est prisonnière et promise à un autre...

J'ai dévoré cette suite, comme le précédent tome. Un plaisir qu'il m'aurait plus de lire lorsque j'étais plus jeune. C'est un roman que je conseillerai à tout les enfants. 
Il est fait d'aventure, et de prise de conscience qui, je le répète, à notre époque, devient vital pour notre survis.
Les dessins qui accompagnent le texte sont toujours aussi divertissant et réussi, j'ai vraiment cette sensation de lire du Roald Dahl, c'est assez déroutant et réjouissant (je porte un amour dévoué à cet auteur).
Je découvre donc, un auteur talentueux qu'il me tarde de lire un peu plus, et je quitte un monde qui m'a énormément plus avec une petite peine, celle de l'avoir terminé. 

Ma note : 17.5/20

mercredi 8 août 2018

Le bonheur est un déchet toxique


Auteur : Manu Causse
Genre : Jeunesse
Edition : Thierry Magnier
288 pages 
Prix : 14.50
Synopsis :
Nathanaël a toujours vécu chez son père, avec qui il était très complice. Mais à la mort de celui-ci, le jeune garçon découvre soudain qu'il a une mère, et qu'elle réclame sa garde. Adieu la ville, les fast-food et les steaks-frites ; bonjour la cambrousse, les légumes et le tofu. Sa mère est vegan et ardente militante écologiste. L'atterrissage est compliqué... 
Ce roman subtil navigue de l'émotion à l'humour, de la ville à la campagne, du premier amour à l'engagement politique.




Mon avis :

Voilà ma deuxième lecture d'un roman de Manu Causse, et on peut dire que je suis assez charmée par son style simple et ses histoires qui ont pour trame, des sujets important.
Cette fois-ci, l'auteur nous parles de mort, de combat contre les grosses industries, d'écologie et de véganisme. Plusieurs thèmes qui me parlent fortement... 

Nathan vient de perdre son père, et alors qu'il pensait vivre avec sa tante, sa mère, qu'il n'a jamais vu, débarque et demande sa garde. Comment réussir à concilier un deuil et le retour d'une femme qu'il croyait morte ?  Comment s'adapter à une vie en campagne, alors qu'on a toujours vécu en ville ? Comment imaginer ne plus manger de viande, alors qu'on aime tant cela ?
Voilà ce que Nathan doit encaisser depuis la disparition de son père.

On est tout de suite accrocher par cette histoire assez touchante. Cet adolescent qui semble avoir tout perdu, et que l'on voit se reconstruire peu à peu. J'ai aimé cette apprivoisement mutuelle entre deux inconnus, qui pourtant ne devrait pas l'être. Une mère et un fils qui ne se connaissent absolument pas, une colocation difficile, pour l'un colérique, pour l'autre tendu... Chacun doit s'adapter au principe de vie de l'autre, et bien que tout ne soit pas évident, j'ai aimé cette interaction qui naît entre eux. 

L'idée du combat des habitants de la région, pour des terrains exploitables par de grandes industries, est aussi excellente. Elle apporte une dynamique à l'histoire, et là encore, tout n'est pas évident. L'homme contre la démesure industrielle, un combat inégal qui donne tout de même un certain espoir en l'humain. Et bien que l'auteur dépeigne un peu, une cause perdue, j'ai apprécié voir ses gens se battrent pour un idéal de vie. 

Petit bémol... la couverture flachis qui ne passe vraiment pas. J'ai un peu de mal avec ce fluo, et bien que je comprenne la démarche Green, j'aurais préféré un vert moins soutenu... 
Mais ce n'est qu'une question de couleur, l'ensemble du roman prête à être lu.

Ma note : 16.5/20

mardi 7 août 2018

Bilan de lecture #52


Bonjour amis lecteurs ou de passages...

Au vu du peu de lectures de ces derniers mois, j'ai décidé de faire des bilans un peu comme ils viennent, et sans me contraindre à un jour particulier. Il ne s'agira que de lectures, les films et la musique ne seront plus dans ce récapitulatif.
En gros, je fais simple pour me simplifier la vie et celle de mon blog. 
Sur ceux, places aux derniers livres lus :


Clarissa de Stefan Zweig est une petite déception. Je n'ai pas trop aimé l’histoire un peu trop scientifique et politique... Le style de cet auteur, est par contre toujours aussi excellent. Mais ce n'est pas mon préféré.
La femme du boulanger de Marcel Pagnol, m'a marqué grâce à son adaptation, et bien que j'ai apprécié l’histoire, je n'ai pas vraiment trouvé l'ambiance du film. Il me manquait les cigales...
Changement radical avec Le Silence de Mélodie de Sharon M. Draper. Une histoire très touchante que je vous recommande.


Quelques bulles, avec le dernier tome des Carnets de Cerise. Je ferais sans doute un article dans les prochains jours...
J'ai entamé la saga de l'atelier des sorciers, et j'ai particulièrement apprécié ce premier tome. Le second est déjà dans ma pal, et j'ai hâte de me refaire un week-end en bulle.
Et puis, j'ai littéralement avalé le tome 2 de Nausicaa, et j'adore toujours autant.


Et puis j'ai dévoré et adoré le tome 2 et 3 de Codex Aléra. Je suis amoureuse de cette saga ! Si vous l'avez pas encore lu, foncez !

Et vous ? Qu'avez-vous lu ? Je vous souhaite de belles lectures ! 

lundi 6 août 2018

C'est lundi que lisez-vous ?


Bonjour à tous amis lecteurs ou de passage...

Cela faisait un petit moment que je n'avais pas écrit ce genre de billet. Le manque de temps, la chaleur et le peu de lecture lu ses dernières semaines, jouent s'en doute leurs rôles dans cette abscence... Mais le revoilà pour, j'espère, tout le mois d'Aout.
place aux livres :



Cela m'arrive très rarement, mais cette semaine, j'ai lu deux romans d'un même auteur. Nos cœurs tordus et Le bonheur est un déchet toxique. Deux histoires qui m'ont vraiment plus. Je découvre avec plaisir un auteur rencontré au salon du livre Jeunesse de Saint Orens de Gameville.


The secret Garden de Frances Hodgson Burnett (VF : Le jardin des secrets)
Synopsis :
Mary Lennox est une enfant peu engageante. Privée d'affection, elle n'a jamais appris, dans son extrême solitude, à sourire ni à aimer. A la mort de ses parents, emportés par une épidémie de choléra, Mary quitte l'Inde où elle avait toujours vécu. Exilée dans le manoir anglais d'un oncle toujours absent, Mary trouve du réconfort dans l'Amitié. Elle partage avec Dickon, Colin et le rouge-gorge un merveilleux secret : un jardin oublié de tous, dont la clef, comme par magie, ouvre aussi la porte des cœurs...

Une lecture en VO, un peu compliqué pour moi, mais je m'accroche car j'aime énormément cette histoire.


Tobie Lolness tome 2 : Les yeux d'Elisha de Timothée de Fombelle
Synopsis :
Après deux années passées avec le peuple de l'herbe, Tobie décide de repartir vers l'arbre. Ses parents sont sûrement encore vivants et prisonniers. Il veut aussi retrouver ses amis et découvrir le moyen de sauver l'arbre de la destruction qui le guette. De son côté, Elisha est retenue prisonnière par Léo Blue qui n'attend que son improbable consentement...

J'avais adoré le premier tome, et je dévore le second. Il ne me reste que quelques pages à lire, et je connaîtrais le dénouement de cette superbe histoire jeunesse.



Une fille comme elle de Marc Levy
Synopsis :
New York, sur la 5e Avenue, s'élève un petit immeuble pas tout à fait comme les autres… Ses habitants sont très attachés à leur liftier, Deepak, chargé de faire fonctionner l'ascenseur mécanique, une véritable antiquité. Mais la vie de la joyeuse communauté se trouve chamboulée lorsque son collègue de nuit tombe dans l'escalier. Quand Sanji, le mystérieux neveu de Deepak, débarque en sauveur et endosse le costume de liftier, personne ne peut imaginer qu'il est à la tête d'une immense fortune à Bombay… Et encore moins Chloé, l'habitante du dernier étage. Entrez au N°12, Cinquième Avenue, traversez le hall, montez à bord de son antique ascenseur et demandez au liftier de vous embarquer… dans la plus délicieuse des comédies new-yorkaises !

Ce livre me tente énormément, et il m'a été offert par mon père. Une lecture d'été, parfaite pour le temps qu'il fait !

Je vous souhaite à tous de belles lectures !