mardi 25 juin 2013

Si je reste


 
tome 1 : Si je reste
De Gayle Forman

Quatrième de couverture :

Mia a 17 ans. Un petit ami, rock star en herbe. Des parents excentriques. Des copains précieux. Un petit frère craquant. Beaucoup de talent et la vie devant elle.
Quand, un jour, tout s’arrête. Tous ses rêves, ses projets, ses amours. Là, dans un fossé, au bord de la route. Un banal accident de voiture…
Comme détaché, son esprit contemple son propre corps, brisé. Mia voit tout, entend tout.
Transportée à l’hôpital, elle assiste à la ronde de ses porches, aux diagnostics des médecins.
Entre rires et larmes, elle revoit sa vie d’avant, imagine sa vie d’après. Sortir du coma, d’accord, mais à quoi bon ? Partir, revenir ? Si je reste…

Mon avis :

Je voulais déjà remercier Kkrolyn pour le très beau cadeau qu’elle m’a fait à l’occasion de la ronde des swaps. J’avais la chance de faire partie de la première ronde, et j’ai pu bénéficier de la générosité  et du choix astucieux de la demoiselle. Ce livre me faisait de l’œil depuis  un certain temps et j’ai tout de suite eu l’envie de le débuter.

 Le résumé m’avait totalement captivé. Imaginer cette fille, à qui tout avait réussi jusque-là, observant son propre corps étendue sur l’asphalte. Qui est-elle ? Que va-t-elle devenir ? Comment va-t-elle s’en sortir…

Je n’avais pas d’apriori, à part peut-être le sujet assez morbide de l’accident de voiture et de ces conséquences. La peur d’être oppressée par cette histoire macabre… Comment l’auteur allait-il m’embarquer dans cette histoire ? Serait-elle légère ou au contraire difficile à lire ?
Penserai-je de façon oppressante, en enclenchant le contacte de mon véhicule, aux voitures qui se percutent entre elles ? Serais-je prisonnière de mes propres doutes, concernant une fin identique à la sienne ?

Dès les premières pages, j’ai été transportée par cette  famille touchante, un père ancien punk, une mère douce et agréable, un petit frère qu’on aimerait tous avoir, et Mia, jeune fille commune, et douée pour le violoncelle…
On s’attache, on les aime, et pourtant… on sait déjà la fin de leurs histoires… Un accident, qui chamboule tout. La fin d’une vie, qui se termine tragiquement. Le début d’une autre, qui commence étrangement.
Le chaos est décrit dans son ensemble, les corps mutilés des parents, la main d’une adolescente qui apparait dans l’habitacle déformée, l’ambiance silencieuse d’un après, déchirant. On devient Mia aussi soudainement que ce choc percutant et fulgurant, l’instant d’avant.
On frissonne, on cherche désespérément à comprendre, on regarde son corps dénudé par des sauveteurs qui essayent de nous maintenir en vie, on panique en découvrant qu’on ne voit pas le quatrième corps… un peu plus petit…
Et alors qu’on pourrait étouffer face à cette boucherie, on respire enfin en basculant dans le passé… dans les souvenirs d’une vie familiale aux défauts attendrissants. On rit, on sourit… on se plait à contempler ce couple punk qui tombe amoureux, ce premier enfant, ses premiers émois, puis le second, les coups de blues, les réussites scolaires… des moments forts qui ne sont plus… et qui les rendent si touchants, si précieux…
Et puis… on espère… on souhaite que Mia ne laisse pas tomber… pour ces proches qui l’attende, pour cette grand-mère qui souffre, pour ce grand-père qui pleure dignement… pour cette amie, et pour Adam… son petit-ami.

Passage préféré :

Pour une fois, j’écrirais la scène dans son intégralité… car c’est pour moi la plus marquante du livre. Peut-être mon côté professionnel qui ressort… celui qui travaille avec des personnes handicapées, incapables de me dire  ce qu’ils désirent…

« Les médecins vont et viennent. Ils soulèvent mes paupières et braquent le faisceau d’une petite lampe sur ma pupille avec des gestes brusques et pressés. On dirait que pour eux des paupières ne méritent pas d’être manipulées avec douceur. Cela me fait penser que dans la vie on touche rarement les yeux des autres. Parfois, un parent soulève la paupière d’un enfant pour ôter une poussière de son œil, ou un garçon dépose un baiser léger comme un papillon sur la paupière de sa petite amie, juste avant qu’elle s’endorme.
Mais les paupières n’ont pas l’habitude d’être rudoyées, au contraire des coudes, des genoux ou d’autres parties du corps. »

Ce passage m’a interpellé, un peu comme ma lecture du « scaphandre et du papillon » de … car on se met à la place du malade, et on prend conscience de ses actes qui peuvent parfois sembler brutaux… nous sommes des êtres humains qui nous occupons d’autre êtres humains… et nous devons à chaque instant faire attention à nos gestes. La routine est notre pire ennemie, même si nous essayons de faire notre métier avec application et humanisme, nous devons toujours nous remettre en question et nous rappeler que nous avons en face de nous des hommes et des femmes de chaires et de sang…

 Pour  finir…

A la fin de ma lecture, une seule pensée m’a envahi :
« J’espère qu’elle fera une suite »…
Je n’avais évidemment pas remarqué qu’il y avait bien une suite à ce livre… C’est en me baladant chez un bouquiniste ce week-end, que je suis tombée nez à nez avec la suite. Je n’étais pas seule alors, ma joie fut contenue… mais j’avoue avoir eu un large sourire sur le visage et un petit cri d’excitation, étouffé dans ma main.
A croire que ce roman m’a vraiment touché. Je crois même qu’il y a quelques années, il aurait pu être un coup de cœur.

J’aurais aimé lire ce livre à 17 ans…

~~~
tome 2 : Là où j'irai

Quatrième de couverture :

Adam se glisse dans la salle. Il a 21 ans, c'est une rock star adulée et l'ancien amoureux de Mia... 
Trois ans plus tôt, Mia était partie sans un au revoir, sans une explication. Leurs retrouvailles est un choc : les souvenirs, bons et mauvais, ressurgissent, les sentiments encore à vif les submergent, leur amour qu'il pensait indestructible quelques années plus tôt se heurte à la réalité de leur vie présente. De nouveau, Mia est confrontée à un choix : doit-elle revenir en arrière pour donner une chance à son premier amour ? Peut-on revivre la même passion si longtemps après, malgré les souffrances endurées ? Ils ont une soirée pour décider. Plus forte que les mots, la musique les emporte dans un tourbillon d'émotions. Mais est-ce suffisant pour les réunir de nouveau ?

Mon avis :

Après ma lecture de Si je reste, et sa touchante histoire, j’attendais de cette suite, une émotion presque égale. Et par peur d’être déçue, j’avais pris mon temps avant de le débuter.

Un an, s’est écoulée, et mon envie de me réapproprier ces personnages, m’a soudain prise. Je désirais retrouver la plume de cette romancière si émouvante, et connaitre un peu le dénouement positif, ou négatif, du couple. Allaient-ils pouvoir affronter l’après ? Quelle serait la réaction de Mia face à son coma ? Adam resterait-il dans son groupe de musique ? 
Toutes ses questions devenaient vitales pour moi, alors que je débutais ma lecture… 

Parlons couverture :

Je ne l’apprécie pas, c’est un fait. Elle ne dégage rien, et c’est bien dommage lorsque l’on prend en compte tout l’attrait du livre. L’édition a choisi une couverture qui ne reflète rien, le strict minimum. Bref. Passons.

Parlons contenu :

Petit retour en arrière. Dans Si je reste, Mia venait de subir un accident de voiture. Elle est la seule rescapée, ses parents et son petit frère n’ayant pas survécu. Tout le long du roman, la jeune fille se bat entre la vie et la mort. Mais alors qu’elle est étendue, sans réaction, son esprit lui est plus libre et Mia se voit tel un fantôme, au côté de son corps. Elle entende et observe tout ce qui se passe autour d’elle, mais elle est dans l’incapacité de pouvoir le signaler. Après de nombreux jours passés dans le coma, Mia se réveille, un peu grâce à Adam, son compagnon, d’une promesse murmurée à l’oreille. Si tu reviens, Mia, je te promets de m’effacer, de te laisser vivre ta vie, avec ou sans moi, je l’accepterai.

Nous en étions restés là, et c’est les larmes aux yeux que je fermais ce livre…

Là où j’irai est la suite de cette histoire. Mais alors que dans le premier, le narrateur était Mia, dans celui-ci, c’est Adam qui nous raconte l’histoire. 

Trois ans se sont écoulés depuis le réveil de Mia, mais tout à changé. Adam et elle ne sont plus ensemble, et très vite, nous comprenons que pour le jeune homme cela a été un moment difficile dont-il ne s’est toujours pas remis. 
Le succès qu’il rencontre avec son groupe de musique, l’indiffère de plus en plus, il a besoin de calmant à longueur de journée, les membres de son groupe ne lui parlent plus, et sa solitude lui pèse de plus en plus. Adam est au font du gouffre, et ne sait comment s’en sortir sans y laisser des plumes.

Après une interview où le jeune homme craque complètement suite à des questions sur Mia, Adam s’en joint au calme en déambulant dans New York. C’est en levant les yeux vers une affiche, que sa journée va totalement basculer. Ces yeux, ceux sont ses yeux. Les yeux de Mia. Des yeux qui le hantent. Et voilà qu’ils sont là, à le regarder. 

J’avais cette criante de ne pas être émue en comparaison du premier tome, mais je faisais erreur. J’ai encore une fois adoré cette histoire, ces personnages, et cette plume si agréable.
L’auteur mêle le passé et le présent avec aisance, et je n’ai eu aucune sensation d’ennuie tout au long de ma lecture. C’est un roman de reconstruction affective, mêlant la fragilité et l’attendrissement. 
Nous plongeons, tête la première, dans les méandres émotionnelles du narrateur. Nous respirons sa tristesse, son désarroi, sa colère, ses rancœurs de ses doutes. Intimement, nous décortiquons cette convalescence de la mémoire et du cœur, tel un observateur encré au plus profond de son être. S’en est étrangement touchant, et bouleversant. 

9 commentaires:

  1. Haaa tu devineras pas ! Mais j'ai eu ce livre en cadeau aujourd'hui ! YOUHOUUUUU :D
    Je vais certainement me ruer dessus!!

    RépondreSupprimer
  2. Ca fait longtemps que je souhaite lire ce livre mais j'avais peur qu'il soit trop cliché, mais ta chronique me rassure... :) Merci beaucoup !

    RépondreSupprimer
  3. Floly : Mais c'est génial !!!! Encore une lecture commune :p
    fonce alors ! Tu ne seras pas déçue :)

    Einoha : Je suis contente de t'avoir rassuré. Vraiment n'hésite pas, c'est un bon livre très agréable et je dirais même frais.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis contente que cette lecture t'ai plu ;) Je voulais vraiment te faire plaisir avec ce livre!

    RépondreSupprimer
  5. et bien tu as parfaitement réussi ^^ j'ai beaucoup aimé et je vais lire la suite dans la semaine certainement

    RépondreSupprimer
  6. Roooo là poisse, il y était sur la brocante ce matin, les deux pour 3 euros et j'ai pas pris mais où avais-je la tête ???????? Grrrrrrrrrrrr

    RépondreSupprimer
  7. hihihi, ils s'y seront peut-être encore la semaine prochaine ^^
    croisons les doigts !

    RépondreSupprimer
  8. Dévoré en quelques heures ! Un coup de coeur ! Me tarde d'avoir la suite maintenant.. ^^

    RépondreSupprimer
  9. Quand je te disais que nous avions les mêmes goûts !

    RépondreSupprimer