samedi 9 mars 2013

La citadelle des ombres (L'assasin royal)

Tome 1 
De Robin Hobb :

Quatrième de couverture :

Au royaume des six Duchés, le prince Chevalerie, de la famille régnante des Loinvoyant - par tradition, le nom des seigneurs doit modeler leur caractère- décide de renoncer à son ambition de devenir roi-servant en apprenant l'existence de Fitz, son fils illégitime. Le jeune bâtard grandit à Castelcerf, sous l'égide du maître d'écurie Burrich. Mais le roi Subtil impose bientôt que FITZ reçoive, malgré sa condition, une éducation princière. L' enfant découvrira vite que le véritable dessein du monarque est autre : faire de lui un assassin royal. Et tandis que les attaques des pirates rouges mettent en péril la contrée, Fitz va constater à chaque instant que sa vie ne tient qu'à un fil : celui de sa lame...

Mon avis :

On m’en avait parlé. En long, en large et en travers. Une saga incontournable ! Tolkien à son successeur ! Tu verras, le jour où tu le commenceras, tu ne pourras plus te restreindre.
Que des éloges…

Alors, quand ma marraine m’a offert l’intégralité de la Citadelle des ombres, je n’ai pu que me reconnaître vaincu. J’ai cédé.

Les toutes premières pages ont été laborieuses. Peut-être mon état d’esprit, ce jour-là, n’était pas à lire du Fantasy. Je l’ai donc mis de côté, juste quelques semaines, histoires d’y revenir pour lui accorder une seconde chance. Et j’ai bien fait !
L’engouement qu’il suscite est mérité !

Happée, obnubilée et dépendante, je me suis retrouvée à lire, à des heures indues, ce premier tome TRÈS volumineux. Quelle admiration pour cet auteur, qui ne néglige aucuns détails, sans nous rendre la lecture assommante.
Quel addiction ma prise, dévorante et exaltante. J’en demandais plus, j’en souhaitais plus, et à la fin de ma lecture, j’en veux plus !

J’ai été tout de suite embarquée dans l’histoire. Celle d’un petit garçon confié à la garde du frère de son père. Celle d’un gamin, élevé en tant que bâtard de Chevalerie, l’héritier du roi.
Fitz est attachant, touchant. Intelligent et éveillé, même si l’occasion de le montrer, jusqu’à ce jour, n’avait jamais été indispensable.
C’est un  gosse qui n’a jamais rien eu pour lui. Élevé par son grand-père pendant six ans, comme le rejeton bâtard plus envahissant qu’utile.  Chétif et mince, l’enfant ressemble pourtant trait pour trait à son père.
Confié au soin de Burrich, un homme caverneux, il va devoir trouver sa place le temps que le roi décide de son avenir.
Évoluant avec lui dans les rue de Castelcerf, nous découvrons à travers son regard la vie de ce royaume fourmillant ; son amitié avec les enfants du village ; la découverte de son don pour parler aux animaux ; les visites nocturnes dans les cuisines…

L’enfant aurait pu suivre l’enseignement de Burrich et travailler sous son aile pour le restant de sa vie, mais le roi en décide autrement. Il a d’autre projet… Devenir l’assassin du roi.
S’ensuit alors un enseignement rigoureux, des nuits blanches à travailler ; apprendre des potions ; se dissimuler au su de tous pour écouter des conversations ; opérer des missions confidentielles sans être pris la main dans le sac.
Fitz s’épanouit dans cette vie trépidante jusqu’au jour où on lui impose d’apprendre l’Art. Enseigner par un homme qui le déteste, le calvaire commence….

Savoir que l’assassin royal est le premier livre écrit par l’auteur m’impressionne. Le talent de Robin Hobb n’est pas fictif. J’ai eu une facilité déconcertante à me plonger dans ce livre. L’histoire est faite de rebondissements perpétuels, chaque fin de chapitre nous donne envie d’en savoir plus.
Robin Hobb maîtrise son sujet. L’univers qu’elle créait n’a pas de faille, tout est à sa place, les paysages, les cartes, les personnages, les lieux. On a le sentiment d’un travail méticuleux pour créer ce monde si similaire à notre passé.
Le génie de Robin Hobb, est de nous faire voyager dans une société qui aurait pu être la nôtre. Enlever la magie, le don de Fitz pour lire dans les penser, l'apprentissage de l’Art, et vous aurez une histoire sur fond de Chevalier ; Dame et troubadours…

Une aventure à dévorer, j’ai hâte de pouvoir me plonger dans la suite des aventures de Fitz et ses compagnons.

Ce roman contient les trois premiers tomes de la saga :
1- L'Apprenti assassin
2- L'Assassin du Roi
3- La Nef du crépuscule
~~~
Tome 2 

Quatrième de couverture :

Mon avis : (à venir) 

6 commentaires:

  1. Plus je lis des avis sur ce livre, plus il me tente... je devrais donc me laisser prendre au jeu bientôt ^^

    RépondreSupprimer
  2. Une série très agréable à lire en effet !

    RépondreSupprimer
  3. Découvert en 2003, alors que j'étais tout jeunot, ce livre a été une gifle littéraire dont je ne me suis jamais remis (avec le tome 2, n'ayant pu à l'époque lire la suite parce que la parution française n'était pas très bien équilibrée...). Vraiment une incroyable oeuvre : tout est maîtrisé, de l'aspect stylistique (une facilité de lecture juste déconcertante, comme tu l'as très bien signalé) à la psychologie des personnages (on est très loin de comportements incohérents : à chaque fois que Fitz s'emporte, on ne peut pas lui reprocher car on aurait fait exactement la même chose à sa place.
    Une très grande oeuvre ! J'espère que tu as pu en lire la suite :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'adore ton commentaire ^^ et je suis tout à fait d'accord avec toi. Je n'ai pas encore lu la suite mais il est prévu au programme, et j'ai l'intégralité de l’œuvre donc il ne me manque que le temps ;)
      Mais j'ai hâte de retrouver Fitz !

      Supprimer