mardi 1 mai 2012

Raiponce & Autres contes


De J. et W. Grimm :

Quatrième de couverture :

Prisonnière d’une magicienne dans sa haute tour, Raiponce déploie sa longue chevelure blonde comme une échelle de soie.
Mes trois fileuses, enchaînées à leur quenouille et leur rouet, attendent d’échapper à leur supplice.
Blancheneige et Rougerose ouvrent charitablement leur porte à un ours frileux et débonnaire qui va décider de leur destin.
La reine des abeilles, reconnaissante, se pose sur les lèvres de miel d’une future princesse.
Intraitable, l’ondine de l’étang exige d’un meunier qu’il lui abandonne son premier enfant.
Petite sœur se désole de voir son petit frère transformé en chevreuil.
Bien moins légendaires que Cendrillon ou la Belle au bois dormant, ces héroïnes enchantent tout autant le monde imaginaire et magique            arraché au temps par les frères Grimm.

Mon avis :

Reçu à l’occasion du Swap Walt-Disney, et grâce à mon binôme  A-Little-Bit-Dramatic, j’ai pu découvrir certains contes des frères Grimm, qui bizarrement, pour certains, ne m’étaient pas inconnus.
Moi qui croyais connaitre juste deux ou trois histoires, j’ai eu quelques vagues souvenirs de mon enfance, en lisant, par exemple, La Dame Hollé. Mais j’y reviendrais un peu plus tard, dans mon billet.

Parlons tout d’abord du premier récit : Raiponce.

J’avais dans l’idée de le lire, après avoir vu et apprécié l’adaptation Disney. Un petit bijou, qui selon moi, ressemble beaucoup au dessin de La petite sirène… J’avais enfin retrouvé l’âme de Disney ! Et même si j’attache une adoration toute particulière aux premiers chefs d’œuvre -Merlin l’enchanteur ; Les Aristochats ; La Belle au bois dormant- Je n’en aime pas moins, les dessins d’Alladin ; Mulan ; ou La Belle et la Bête

C’est donc avec un plaisir évidant que je me retrouve à lire cette histoire, enfin, dans son intégralité…
En bref… 3 pages…
Oui vous avez bien lu, 3 malheureuses pages, qui condensent l’histoire (rapide) de raiponce… J’avoue avoir été légèrement perplexe, et pourtant ! Au fils de mes différents lectures des contes de ce roman, je me suis rendue compte qu’effectivement, dans mon enfance, les histoires étaient certes courtes, mais également illustrées de magnifique dessins qui ne sont pas présent dans ce livre.
Je me suis surprise à penser à mes 5-6 ans, écoutant avec avidité ces histoires de princes et de princesses, de sorcières et de grenouilles… Les yeux brillants, calée dans mes oreilles, ou sur le sein de ma mère, en suçant mon pousse…
Et là comment dire… la magie à opérée. Malgré le peu de contenue de chaque histoire, j’ai voyagé dans mes souvenirs, et je me suis rappelée ce plaisir ressenti, ces premiers émois littéraires… ces premières rêveries…

J’en reviens donc au deuxième conte : La Dame Hollé

Avec ce texte, j’ai eu la sensation de l’avoir déjà lu et soudain, les dessins ont surgis de ma mémoire.
Vous donnez le titre de ma propre lecture serait veine, et je ne m’en souviens plus… Mais l’histoire était presque identique et cela ma profondément touchée.
Dans ce petit roman, La jeune fille laisse tomber sa quenouille au fond d’un puits… Elle se voit obligé d’y descendre, et à l’intérieur, elle découvre une sorte d’univers parallèle, ou les pommiers et les pains crient "à l’aide", et où réside, dans une chaumière, une vieille femme affaiblit et qui a besoin d’elle.
La demoiselle sage et pieuse, lui rend de nombreux services, et pour sa récompense, elle se voit couverte d’or…
Voyant cela, sa belle-mère (les belles-mères sont toujours méchantes dans les contes) envoie sa fille (hideuse et paresseuse) dans le puits. Pour son manque d’engagement auprès de la vieille dame, elle se voit payé en retour d'une épaisse couche de poix qui ne s'enlèvera pas.

Dans l’histoire de mon enfance, la jeune fille donnait à boire à une veille femme, et celle-ci pour la gâtée, lui donne un pouvoir… Celui de faire sortir de sa bouche, des pierres précieuses, des roses rouges et des perles…
L’autre jeune fille, elle, ne donna pas à boire à la femme, et pour la punir, à chaque parole sortant de sa bouche, des crapauds, des serpents et des araignées en sortiraient.
J’étais passionnée par cette histoire !

Bien d’autres contes sont présents dans ce roman, et j’ai aimé les lires, les découvrir ou les retrouver…

Les différents contes que l’on retrouve dans ce texte :
- Raidponce
- La Dame Hollé
- Les Trois Fileuses
- La Gradeuse d’oies à la Fontaine
- Blancheneige et Rougerose
- La Reine des Abeilles
- La Gaspilleuse
- La Pauvre vieille mère
- Petit frère et Petite sœur
- L’ondine et L’étang
- La fille du Roi et la Grenouille



Cette lecture fait partie des Challenges : La face Cachée des Disney ; Je vide ma bibliothèque (deuxième sessions)

1 commentaire:

  1. Tiens Ondine vient d'un conte de Grimm !?!
    Je ne me lasse pas des univers des contes... si différents selon les cultures!

    RépondreSupprimer