dimanche 27 mai 2012

Une nuit à New York

De Rachel Cohn & David Levithan :

Quatrième de couverture :

Il y a trois semaines, deux jours et vingt-trois heures qu'elle m'a dit " c'est fini ". Et la voilà déjà avec un autre. Ils s'approchent du comptoir. Il faut que j'agisse. Je me tourne vers une fille que je ne connais même pas, et je lâche : Tu veux bien être ma copine pendant les cinq prochaines minutes ? Nick et Norah n'ont rien en commun. Sauf un premier baiser, censé durer cinq minutes. Et qui va se prolonger toute une nuit. Une seule nuit ?

Mon avis :

Pris sur les étals d’un magasin, plus par envie de continuer mon challenge New-yorkais que par curiosité littéraire, je suis assez agréablement surprise de cette lecture jeunesse.
Sous font de musique Punk et de bar VIP, nous suivons deux jeunes instables émotionnellement parlant, qui se croisent par hasard.

Nick a le cœur en mille morceaux. Son ex petite-amie, Tris, l’a plaqué sans ménagement et est en train de se tortiller sur la piste de danse, enlacée avec un autre. Le choc et dur et son égaux en prend un coup. S’est donc tout naturellement qu’il demande à sa voisine de comptoir de l'embrasser, sous les yeux surpris et quelques peu furieux de Tris.

Norah cherche un chauffeur pour la raccompagner, elle et sa copine bien éméchée. Son sauveur ? Son voisin qui lui propose de l’embrasser  pour tout ce qu’elle  voudra

Ce qui m’a plus dans cette histoire, c’est qu’elle n’est pas  « glucosée ».  Chaque personnage a un caractère fort. Norah a des  répliques percutantes, une personnalité suspicieuse, un cœur mise à mal qui ne lui laisse pas de liberté et qui l'étouffe. Studieuse, rêveuse et considéré comme une sainte ni-touche par son entourage, elle enfouit ses sentiments pour ne pas être blessée.
J’ai aimé avoir les deux versions de l’histoire, le roman est à deux mains et tout naturellement nous avons deux visions bien différentes… Les pensées de Nick et Norah sont souvent décalées et s’est amusant de constater que pour l’un, un geste va signifier : une attention ; une écoute et que pour l’autre, se sera un signe de fusion ; une invitation à aller plus loin, ou carrément de l’abus sexuel.

Les auteurs ont des styles très agréable (ça me fait bizarre de parler de deux auteurs différents pour un roman) j’ai d’ailleurs lu l’intégralité  du livre dans la nuit.
Certes, ils s’adressent à des adolescents, pré-adulte, et l’histoire sans ressent. Mais l’atmosphère éclectique des lieux et les tortures mentales des deux personnages principaux m'ont appâtés.

Un point fort dans ce texte : la BO !
Oui, je parle bien de bande originale. C’est assez déroutant quand on y pense, mais les citations aux différents groupes qui passent dans ce livre, sont tellement importantes, que je ne peux pas les oublier. J’ai même pu en écouter plusieurs pendant ma lecture, ce qui m’a porté un peu plus dans cette nuit new-yorkaise.
Pour en citer quelqu'uns :
Fluffly (je n’ai trouvé que l’album Black Eye et c’est vraiment Punk ! Un très bon son de guitare et une voix destroye…) ; Green Day (que j'adore personnellement) ; Duke Ellington (Du Jazz exceptionnelle) ; le groupe The Clash (Pour ne citer qu'eux... J'aime London calling, je sais... c'est cliché mais j'adore !) et bien d’autre encore. Je vous le dit, une Play-liste hallucinante !

Il y a également eu, une adaptation cinématographie, que je pense regarder très prochainement…


4 commentaires:

  1. J'aime aussi beaucoup Green day! Sympa la bande annonce, en VO, les films pour ado passent mieux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est vrai ! D'ailleurs, je regarde les films en VO, ça leurs donnent plus d'envergures :D

      Supprimer
  2. Je connais le film, avec une bande son qui claque pas mal tu t'en doutes ^^ Mais je ne savais pas qu'il y avait un livre, comme quoi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et moi c'était le contraire ! comme quoi... ;)

      Supprimer