dimanche 10 juin 2012

Coraline


De Neil Gaiman :

Quatrième de couverture :

Coraline vient de déménager et découvre son environnement, une étrange maison qu'elle et ses parents partagent avec des voisins peu communs : deux anciennes actrices et un vieux toqué éleveur de souris savantes. "Je suis une exploratrice !", clame Coraline.
Gare pourtant : derrière la porte condamnée, un monde magique et effrayant l'attend.

Mon avis :

Offert par Moutmoutyoda, à l’occasion du swap Tim Burton, je n’ai pu m’empêcher de sourire face au titre de celui-ci. En effet, nous avions eu la même idée de cadeau, et s’est tout naturellement qu’une idée de lecture commune a germé entre nous.

Je suis au courant, il y a un dessin animé tiré de ce roman jeunesse, mais je ne l’ai jamais vu, et n’avais, jusque-là, pas l’intention de le voir. C’est sans compter ma lecture de ce livre assez plaisant. Petit, écrit en gros caractère, il se dévore rapidement.

Coraline vient d’emménager avec ces parents dans une maison divisée en plusieurs appartements. Le parquet grince, des rats se baladent dans toute la demeure, un chat noir la  suit sans cesse, ces deux voisines sont quelques peu excentriques (voir totalement barges !), il y a aussi Mr Bobo, l’autre voisin, et puis… cette porte, fermée à double tour, dans le salon…

Mais qui a-t-il derrière ? Que va-t-elle découvrir ? Pourquoi l’une de ses voisins, lui a prédit un destin effroyable ?

L’ambiance de ce livre, malgré son côté jeunesse, est de plus en plus sombre au fur et à mesure que j’avançais dans cette aventure. Certains évènements ont faire remonter les petites angoisses que j’avais enfant et je pense que ma lecture aurait été beaucoup plus difficile si je l’avais lu quelques dizaines d’années en arrière.
Le cloisonnement, l’oppression, l’obscurité, le délabrement, les fourmillements… des outils faciles, certes, mais qui font mouches. Mon cœur à battue un peu plus vite, mes yeux, ont parcourus avec plus d’empressement les pages pour terminer certains moments épineux pour mon cerveau un peu trop peureux de nature… (Je suis une trouillarde, rappelez-vous).

Je donnerai comme exemple, un passage des plus angoissants… Coraline cherche désespérément à s’échapper, et se réfugie dans un appartement délabré… Et puis, dans une cave. Rien que d’y repenser, j’en ai des petits frissons tout le long de la colonne vertébrale.
Je n’en dirais pas plus, car je ne veux pas dévoiler le suspens…

L’auteur c’est nous tenir en haleine. Le monde « parallèle » ou elle atterrie est angoissant, oppressant, décalée, effrayant. Tout y est étrange et déroutant. Les personnages, les animaux qui parlent, les yeux boutons, les poupées qui s’anime… il ne manquaient qu’un clown au sourire figé pour me donner l’envie de rebrousser chemin et forcer Coraline à repartir dans son appartement. Comment allait-elle s’en sortir ? A lire donc avec plaisir je vous l’assure.

J’ai eu de la chance, après ma lecture… je n’ai pas fait de cauchemar.

Ce billet est le 100ème que le temps passe vite ! 

6 commentaires:

  1. Une lecture plaisante!!
    Le film d'animation est bien "sympa" aussi!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ok je pense que je le regarderai quand j'aurais le temps ^^ mais bon... je vais attendre un peu, histoire que l'histoire s'efface :D

      Supprimer
  2. J'ai bien aimé, mais je n'ai pas eu peur ni même de frissons ;)

    RépondreSupprimer
  3. Rien que la couv me fait peur!

    RépondreSupprimer