samedi 14 juillet 2012

La Mare au Diable


De George Sand :

Quatrième de couverture :

La Mare au Diable est un lieu maudit où souffle l'angoisse. Près d'elle se déroule toute l'histoire. Un paysan, veuf avec ses enfants, cherche femme. Qui épousera-t-il? Celle qu'on lui a promise, ou une pauvre paysanne, harcelée par son patron? Cette petite Marie est l'âme d'un paysage de rêve, et l'emblème de l'enfance éternelle.
Un roman d'amour, mais traversé par le cri des chiens fous, la nuée sanglotante des oiseaux, le fossoyeur épileptique. La voix de la terre s'y accorde avec celle de l'Âme enfantine: George Sand y parle avec force du sol natal et des premiers souvenirs.

Mon avis :

Tout petit livre de George Sand, j’ai une nouvelle fois succombée à sa plume.
Un conte très agréable qui fait partie des classiques et qui pourtant était ignorant de ma personne. La douceur de ses personnages m’a apaisée et j’ai apprécié connaitre leur histoire.

Celle d’un laboureur, Germain, veuf et père de trois enfants, qui se voit conseillé, par son beau-père, de prendre une épouse de remplacement pour ses petits et lui. Il part donc à la Fourche, pour rencontrer sa future femme, mais le cœur n’y est pas et c’est pour contenter les parents de sa défunte compagne qu’il accepte.
Celle de Marie, jeune bergère de 16 ans, douce et sage, qui doit partir au loin, pour gagner sa vie et alléger celle de sa mère. Elle profitera de la gentillesse de Germain pour se faire escorter jusqu’à la ferme où elle devra travailler toute une année.
Et enfin, celle de petit Pierre, le cadet de Germain, touchant, et adorable bambin, qui va les suivre dans leur chemin.

C’est l’histoire d’une tendresse naissante, d’espoir dissimulé, de la désillusion d’un homme et enfin, d’un lieu bien mystérieux.

Le conte est court, et j’aurais peut-être aimé en lire d’avantage. Sans doute parce que la plume de l’auteur m’a charmé. J’aurais juste une petite remarque à faire, au sujet des caractères des personnages… bien trop lisse, bien trop gentil et innocent…

Le style Sand est unique et j’en suis devenue dépendante.
Il est vrai qu’en dehors de La Mare au Diable, et La petite Fadette, je n’ai pas eu l’honneur de lire l’un de ses autres romans. Mais j’ai l’envie d’en connaitre plus et je me laisserai sans doute tenter par une autre de ses œuvres.

4 commentaires:

  1. Ce sont aussi les seuls ouvrages que j'ai lus d'elle mais j'en garde un très bon souvenir. Il faudra que je les relise!

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas lu ce roman mais il paraît qu'il est bien...il faudrait peut-être que je me fasse un avis par moi même, mais l'avis mitigé que j'ai eu en terminant La Petite Fadette ne m'incite pas forcément à me plonger plus amplement dans l'oeuvre de Sand...par contre, je trouve que cette auteure a eu une vie vraiment exceptionnelle, un peu comme Colette un peu plus tard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vrai qu'elle a eu une vie assez dingue ! la petite Fadette et la mare au diable sont des romans qui se ressemblent. Par contre, les autres romans de G. Sand sont totalement différents ! peut-être qu'ils te plairont plus.

      Supprimer