dimanche 1 juillet 2012

L'homme qui voulait être heureux


De Laurent Gounelle :

Quatrième de couverture :

Imaginez...
Vous êtes en vacances à Bali et, peu de temps avant votre retour, vous consultez un vieux guérisseur. Sans raison particulière, juste parce que sa grande réputation vous a donné envie de le rencontrer, au cas où...
Son diagnostic est formel : vous êtes en bonne santé, mais vous n'êtes pas heureux.
Porteur d'une sagesse infinie, ce vieil homme semble vous connaître mieux que vous-même. L'éclairage très particulier qu'il apporte à votre vécu va vous entraîner dans l'aventure la plus captivante qui soit : celle de la découverte de soi. Les expériences dans lesquelles il vous conduit vont bouleverser votre vie, en vous donnant les clés d'une existence à la hauteur de vos rêves.
Avec L'homme qui voulait être heureux, c'est tout un monde de possibilités nouvelles qui s'ouvre à nous à la lecture de cette histoire passionnante, où l'on découvre comment se libérer de ce qui nous empêche d'être vraiment heureux.

Mon avis :

J’attendais l’occasion de lire se livre avec beaucoup d’impatience. Parce que les critiques étaient bonnes, parce que le titre m’inspirait et que le thème du bonheur m’a toujours interpelé.
Je commençais donc cette lecture avec beaucoup de plaisir, mais voilà… peut-être parce que j’en attendais trop de lui, j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire.
J’avais lu, il y a quelque moi, un livre d’Elizabeth Gilbert «mange, prie, aime». Et l’histoire se termine à Bali, près d’un maitre/gourou/guérisseur… J’ai donc eu du mal à me plonger dans l’homme qui voulait être heureux, t’en il y avait de similitudes. J’étais frustrée et j’avais l’impression de lire la même histoire, même si le style différait, et que nous avions un homme en narrateur, j’avais affaire à un maitre en tout point identique à celui rencontrer dans le roman précédemment cité. Etait-ce le même ? Avait-il, lui aussi, évolué dans les mêmes pièces qu’Elizabeth ?  Je le reconnais… j’étais frustrée.

Mais comme je ne peux pas laisser un livre de côté, sous prétexte que l’histoire à quelques ressemblances, je me suis astreinte à une lecture assidu des premiers chapitres. 
Je le disais, le style est bon, même excellent, et cette histoire de quête du bonheur ne pouvait que me plaire.

Et puis… j’ai plongé… Totalement !

Je n’ai plus lâché le livre, j’ai été, tout comme le narrateur, intriguée par toutes ces suppositions, ses réflexions qui sont, à mon avis, si évidente quand on les a en face des yeux ! J'étais cet homme qui réalise que le bonheur est une question de  confiance en soi, d'image que l'on dégage, d'inspiration. 

Ce qui m'a plus dans ce roman, c'est qu'il nous donne une leçon à travers son personnage. J'ai eu l'impression que ce guérisseur s'adressait personnellement à mes propres tourments, mes propres doutes. 
J'avais envie de partir en quête tout comme cette homme qui voulait être heureux... 

Pour apprécier ce que l'on a, il n'y a qu'un pas. 

5 commentaires:

  1. Bonjour,
    Il est dans ma wishlist et "mange, prie, aime" est dans ma PAL. Ca me promet de belles lectures mais par lequel commencer? Voila la question du jour?
    A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. après avoir lu les deux... je dirais peut-être celui-là, et après tu lis mange, prie, aime ^^ mais c'est vrai que ceux sont de bonnes lectures, qui donnent envie de prendre un sac à dos de partir...

      Supprimer
  2. Oulala le mot magique " Bali " <3 je le rajoute à ma wish, je veux vraiment le découvrir ! ^^ merci

    RépondreSupprimer
  3. Il est dans ma PAL... je l'emporte en vacances c'est décidé!!!

    RépondreSupprimer