jeudi 30 août 2012

Dojoji et autres nouvelles


De Yukio Mishima

Quatrième de couverture :

De l'univers des geishas aux rites sacrificiels des samouraïs, de la cérémonie du thé à la boutique d'un antiquaire, Mishima explore toutes les facettes d'un japon mythique, entre légende et tradition. D'une nouvelle à l'autre, les situations tendrement ironiques côtoient les drames les plus tragiques : que ce soit la jolie danseuse qui remet du rouge à lèvres après avoir renoncé à se défigurer avec de l'acide en souvenir de son amant, Masako, désespérée, qui voit son rêve le plus cher lui échapper, ou l'épouse qui se saisit du poignard avec lequel son mari vient de se transpercer la gorge...

Mon avis :

Lu dans le cadre du challenge ABC, qui consiste à lire un roman d’un auteur de l’alphabet, j’ai choisi pour la lettre M, le romancier Yukio Mishima.
Je ne connaissais pas son travail, et donc, ne m’attendais à rien dans cette lecture, qu’une découverte d’un style.

Dojoji et autres nouvelles est un roman de quatre histoires diamétralement opposées l’une à l’autre.
L’une m’a d’ailleurs énormément dérangée, n’ayant jamais eu jusqu’à ce jour de lecture sur ce thème.
Je commencerai donc par celle-là, qui chronologiquement parlant, n’est pas la première de l’ouvrage.

Patriotisme :
Dès le départ, nous comprenons la chute de la nouvelle. Un double suicide, pour sauver un honneur bafoué.
Le mari est un soldat dévoué à l’empire. Sa jeune épouse lui voue un amour passionnel et dès le jour de ses noces, son mari lui fait comprendre qu’elle devra le suivre jusqu’à la mort.
En épouse digne de ce nom, et japonaise jusqu’au bout des ongles, elle ne peut qu’être ouverte à cet état d’esprit.
Un soir, elle apprend que la troupe de soldat sous le commandement de son mari, s’est rebellé et a défié l’empire. Son époux doit se contraindre à les exécuter. Mais ces soldats sont ses amis et il ne peut le faire. N’acceptant pas cet ordre, il se déshonore et pour conjurer cette faute, il décide de s’ouvrir le ventre.
Cette scène est macabre.
Je ne pensais pas que l’auteur allait détailler, avec une extrême précision, les moindres détails de cette éventration. J’étais la lame qui s’enfonce dans les entrailles, j’étais la douleur vive et vicieuse des intestins qui se répandent sur le sol, j’étais encore ce sabre qui glisse de droite à gauche, se bloquant et… enfin… une image qui m’a glacé le sang et qui m’a donné envie de vomir trippes et boyaux.
Tout ça sous les yeux de sa femme qui s’apprête à faire la même chose.
Une nouvelle surprenante et morbide qui m’a laissé un goût désagréable dans la bouche.

Perle :

C’est l’histoire d’un anniversaire, d’une trahison, de regrets, de déchirement, de doute et d’amitié.
Toute l’intrigue se déroule autour d’un sujet unique, la disparition subite d’une perle.
Suite à cet égarement, l’auteur nous dévoile l’étrangeté des réactions humaines. Il décortique de façon judicieuse, les émotions et les chutes qui en découlent.
Une nouvelle habilement mené, sans doute deuxième dans mon classement des différentes histoires de ce livre.

Les Sept Ponts :

Ma préférence va à cette nouvelle.
Une histoire autour d'une tradition. Celle de trois femmes accompagné d'une servante, qui décide de traverser les 7 ponts de leurs villages, pour réaliser leurs rêves.
Pour cela, elles devront rester silencieuses et faire une prière en début et fin de traversé. La moindre erreur, leur vaudra l'annulation de ce souhait.
Confiantes dans leurs réussite, elles vont pourtant voir leurs chemins semés d’embuches.

Dojoji : 

Tout commence chez antiquaire. Une ventre privée d'une armoire démesurément grande. Le marchant voit avec cupidité les enchères augmenter. Mais l'intervention subite d'une femme qui s'enferme à l’intérieur, va faire déjouer ses plans.
Une étrange histoire est alors racontée...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire