dimanche 30 septembre 2012

James et la grosse pêche

De Roald Dahl :

Quatrième de couverture :

Le petit James mène une existence bien malheureuse auprès de ses deux tantes abominablement méchantes, tante Eponge et tante Pipette, qui le tourmentent sans cesse. Un jour, un vieil homme confie à James un sac rempli de bizarres petites choses vertes. James les fait tomber par mégarde au pied du vieux pêcher et voilà qu’une pêche géante se met à pousser ! Cette pêche va bouleverser la vie de James…

Mon avis :

Enthousiaste à l’idée de lire un Roald Dahl, je n’ai pu que le dévorer. J’ai honte…  moi qui apprécie tellement ses œuvres, je n’avais jamais lu James et la grosse pêche. Quelle erreur de ma part ! J’aurais sans doute porté un regard moins impartial sur les insectes à l’âge de James, si j’avais lu ce conte.

J’avais vu, il y a de nombreuses années, la version de Tim Burton, en adaptation cinématographique, et j’avais bien accroché à l’histoire, même si en la redécouvrant, sous la plume de l’auteur, je ne m’en rappelais que par quelques infimes moments. La grosse pêche qui grossit était évidement noté dans mes souvenirs, mais les deux monstrueuses tantes avaient été totalement effacées de ma mémoire.
Je me souvenais également de cette araignée à taille humaine, d’un mille-pattes prétentieux, et d’une très gentille coccinelle, mais les différentes aventures relaté tels que, les requins mangeurs de pêche ou les habitants des nuages, les Nuageois, m’étaient totalement inconnus.

J’étais donc  heureuse de pouvoir être surprise et emballée par les péripéties de ce groupe atypique.

James n’a pas toujours vécu avec ses tantes. Avant ses quatre ans, ils vivait heureux avec ses parents, mais à leurs morts, son univers bascule et le voilà esclave chez ses propres tantes. De méchantes femmes cupides et malfaisantes.
L’enfant, pendant près de trois ans, n’aura plus le sourire aux lèvres. Asservit, battue et affamé,  il n’en peut plus.
Pourtant, l’histoire ne fait que commencer…

Ce conte est un petit bijou et j’ai passé un très agréable moment à le dévorer dans son intégralité, et d’une seule traite.
Les personnages sont attachants, certains plus horripilant (comme le mille-pattes), d’autres, totalement adorables (James en fait partie). Comme tout conte, notre imagination se voit récompensée, une pêche géante ; des insectes qui parlent ; une évasion peu commune ; des méchants ; une histoire qui se termine bien. Que demander de plus !

Si !
… J’aurais aimé être une enfant pour pouvoir y croire encore un peu plus…



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire