samedi 29 décembre 2012

L'Autre

tome 1 : Le Souffle de la Hyène
De Pierre Bottero :

Quatrième de couverture :

Natan est un sportif surdoué, membre d'une étrange Famille.
Shaé possède, tapie au fond d'elle-même, une Chose qu'elle ne maîtrise pas. 
Les deux adolescents sont séparés par des kilomètres, mais lorsqu'ils se rencontrent, ils se découvrent un héritage commun fascinant et dangereux. Suffira-t-il à combattre l'Autre, terrifiante incarnation du Mal ?

Mon avis :

Je souhaite tout d’abord remercier les éditions Le Livre de Poche, ainsi que l’équipe du forum de Livraddict, pour ce partenariat, très attendu de ma part.

Parlons couverture…

Adepte des romans de Pierre Bottero, j’avais déjà remarqué cette trilogie bien prometteuse. Mais la première couverture était loin de me plaire, la trouvant bien trop enfantine à mon goût, je n’avais pu me résoudre à la lire… 
C’est sans compter l’intelligence des éditions Le Livre de Poche, qui, en dessinant une nouvelle couverture plus fantastique et adulte, m’a donné l’envie soudaine de m’accaparer ce roman de façon presque trop insistante.
Car je le voulais, et je l’ai eu !

Parlons histoire et personnages…

Nous entrons tout de suite dans le vif du sujet, l’histoire commence de façon brutale et prenante. Lors de fouilles archéologiques, un professeur est entraîné dans une zone où il n’aurait jamais dû se trouver. Parce que le temps a effacé les souvenirs, il découvre un cube, suspendu dans les airs de façon irréelle. Parce que la mémoire de certains n’a pas été préservée, il libère, malgré lui, une entité, le mal absolu…

L’histoire commence de cette façon, surprenante, déroutante, et captivante. 

Elle aurait pu stagner légèrement, parce que les personnages principaux n’étaient pas encore  dévoilés, parce qu’il fallait prendre le temps de les connaître, de nous imprégner d’eux, de leurs caractères, de leurs habitudes et attitudes, mais non.
L’auteur choisit de nous les imposer de façon plus énergique. Et dès lors je n’ai plus lâché le roman jusqu’à la fin.

Il ne s’essouffle pas, nous nous accrochons de péripétie en péripétie. Natan et Shaé ne sont nullement ménagés. Avant même leur rencontre, les deux adolescents sont attaqués, harcelés, brutalisés. Ils subissent des évènements douloureux, tragiques. Ils apprennent et observent des phénomènes irréels. Mais alors que nous, dans ces mêmes situations, nous serions totalement dépassés, eux, éprouvent, pour la première fois de leur vie, un calme serein. Ils ont enfin trouvé leur place, et vont avoir des réponses aux évènements insolites qui les entourent…

Car Natan et Shaé sont différents. Ils ont des pouvoirs…

Natan, est un jeune adolescent plein de vie. Parce qu’il doit cacher son pouvoir au reste du monde, ses parents lui font subir déménagement sur déménagement. 
Sportif émérite, Natan est plus doué que les autres. Il apprend vite, même trop vite, et devient le meilleur dans chaque exercice qu’on lui demande. C’est un don. Il saute plus haut, court plus vite, se bat de façon plus percutante, mais alors qu’il souhaiterait ne pas se restreindre, il doit le cacher. Plus facile à dire qu’à faire.
Je me suis très vite attachée à ce personnage. Natan est un jeune homme simple, intelligent et adorable. Sa vie va basculer alors qu’il survit miraculeusement à l’explosion de sa maison… Est-ce un accident ou sa demeure a-t-elle explosé intentionnellement ? 

Shaé, est tout le contraire de Natan. Alors que lui, est en parfaite symbiose avec son don, Shaé ne supporte pas la Chose qui vit en elle. 
Difficilement contrôlable, la Chose surgit qu’en elle se trouve en danger, qu’on la touche, ou qu’elle éprouve de la colère. C’est derrière une salle polyvalente, que nous faisons sa connaissance.
Agressée par des jeunes qui souhaitent lui faire du mal, elle se défend d’une bien étrange façon, laissant ses agresseurs à terre.
Mais au lieu de se réjouir d’avoir pu se sauver, elle est bouleversée d’avoir dû faire du mal. La Chose qui sommeille en elle, est violente, destructrice, meurtrière… Elle en a peur et n’arrive pas à accepter de l’avoir en elle.
Pourtant, Shaé va vite comprendre que la Chose et elle sont indissociables…
C’est un personnage bien complexe, avec un lourd passé. Là encore, je suis prise dans son étreinte, elle est intrépide et surprenante, je ne me lasse pas de lire ses aventures.

A deux, ils forment un tout, un peu comme une moitié qui retrouverait son autre moitié. Natan et Shaé ne pouvait que se compléter mutuellement. L’un apaise, l’autre trouve un nouveau souffle, ils s’apprivoisent, se font confiance, c’est une évidence. A deux, ils sont plus forts, et alors que nous avançons dans leurs aventures, nous ne pouvons que constater qu’ils auront bien besoin l’un de l’autre.

Un début de trilogie qui me laisse sur ma faim, j'aurais aimé avoir la suite entre les mains, pour continuer l'aventure d'une traite. 
Un roman que je conseille à tous les adeptes du fantastique/jeunesse. 

~~~~~
 tome 2 : Le Maître des Tempêtes


Quatrième de couverture :

Paris était désert. La visibilité était nulle, le froid intense, la couche de neige si épaisse que poteaux et panneaux avaient commencé à ployer. Pourtant, Shaé pistait. Elle pistait, guidée par l'odeur de Natan et par un instinct qui hurlait en elle. Elle était en danger...

Mon avis :

Parlons couverture :

Encore une fois, je suis charmée par cette nouvelle édition. La couverture est beaucoup plus adulte, plus fantasy, que la toute première, beaucoup trop enfantine à mon goût. Je me répète, mais je ne sais pas si j’aurais pu lire cette saga à la première édition, j’aurais eu des préjugés (certes, totalement stupide), et je n’aurais pas passé la barrière de cette fameuse couverture. Mais là, pour le coup, j’adore ce nouveau graphisme, plus dynamique !

Parlons contenu :

Suite à mon coup de cœur pour le premier tome, je n’ai pu que m’empresser de dévorer la suite.
Nous retrouvons Shaé et Natan dans la maison de l’ailleurs, alors que toutes les portes ont été condamnées.
La faim et la soif pousse Shaé à se transformer en aigle pour explorer ce monde vierge et  dangereux.
Peut-il y avoir une civilisation derrière ce champ vert et meurtrier ?
Au cours d’une de ses explorations, elle semble apercevoir un bateau flottant à quelques mètres du sol, mais parce qu’elle est au bord de l’épuisement, et menace de ne plus pouvoir revenir vers la maison, elle se voit contrainte de rebrousser chemin, sans avoir eu de réponse à  cette vision.

L’auteur aurait pu surfer sur cette idée, un peuple méconnu qui aurait appréhendé cette savane hostile ! De quoi me soumettre totalement face à cette trilogie. Mais non. Nous retournons sur notre bonne vieille terre, au milieu d’une tempête de neige, à affronter la deuxième partie de L’Autre, son cœur…

A nouveau, je n’ai pu lâcher ce deuxième tome, avide dans savoir plus, le cœur battant la chamade. Comment déjouer les plans Onjü ? N’est-il pas, cette fois-ci, plus fort qu’eux ?
Shaé arrivera-t-elle à céder face à l’amour qu’éprouve Natan pour elle ? Acceptera-t-elle le contacte ? Pourra-t-elle déjouer les plans d’Onjü ?
Et Natan, sera-t-il faire confiance en Shaé jusqu’au bout ?

Quel plaisir ! Quelle dévorante addiction ! Il est vrai que la fin de ce tome pourrait me dérouter, m’étant habituer à nos deux jeunes héros, mais je fais confiance en Bottero pour m’emmener encore plus loin et j’accepter tout naturellement d’être de nouveau surprise et conquise…

Suite au prochain numéro…
 ~~~~~
Tome 3 : La Huitième porte 

Quatrième de couverture :

" Elio prit une profonde inspiration. Rafi, c'est quoi un Helbrume? -Une créature maléfique. - Tu ne veux pas en parler ? - Si, mais pour l'instant je conduis et je réfléchis à la façon de nous sortir de là. Ils ont retrouvé ta trace trop tôt. - Qui ça, ils ? "

Mon avis :

Parlons couverture :

Là encore, j’ai pu profiter de cette nouvelle édition qui donne un coté plus adulte à cette saga. Elio est comme je l’imagine, avec ses cheveux sombres et cette mine avenante. On peut également découvrir le cube où l’Autre fut emprisonné des siècles passés.

Parlons contenu :

J’avais laissé passer quelques semaines avant de lire ce dernier tome. Car je savais déjà qu’il ne s’agirait plus de l’histoire de Nathan et Shaé mais de leurs fils une quinzaine d’année plus  tard…

Et pour le coup, j’ai bien fait, car dans les premières pages du roman, la petite famille doit surmonter de lourds obstacles.
Elio est un jeune garçon de huit ans. Caché par ses parents et Rafi, l’enfant ne sait rien sur ses ancêtres, de puissantes familles aux pouvoirs surprenants.
Alors qu’il part retrouver sa cachette secrète, l’enfant découvre un petit singe apeuré.  Mais celui-ci se révèle être un Im’s, un singe démoniaque sous l’emprise de l’Autre. L’Im’s n’est pas seul, avec lui, des Groens et d’autres monstres pourchassent l’enfant et son père, qui se sacrifie pour le garder en vie. Shaé arrive, à temps pour l’emmener dans la maison de l’Ailleurs, où elle le laisse seule pour essayer de retrouver Nathan et le sauver. Mais la porte est détruite, et Elio se retrouve seul, angoissé du devenir de ses parents mais tout aussi intrigué par le nombre important de porte que contient la résidence…

Le mal ronge le monde, asservit par l’âme de l’Autre, Eghter, qui depuis quinze ans a gagné la guerre. Son unique but désormais et de trouver Elio, cet enfant unique qui a en lui, le pouvoir de six des sept familles.

Elio saura-t-il l’affronter le moment venu ?
N’est-il pas trop jeune pour cela ?

C’est ce que nous découvrons dans ce dernier tome…

Pierre Bottero était maitre de nos émotions, et de notre curiosité. J’ai un faible pour cette saga si envoutante. Alors qu’il m’a été donné la chance de pouvoir lire la plus part des œuvres de cette auteur (quoiqu’il m’en reste un certain nombre à découvrir), je peux dire, pour le moment, que cette trilogie tiens ma préférence…
Que ce soit Nathan et Shaé dans les deux premiers volumes, où Elio dans ce dernier, j’ai aimé chaque personnages, ainsi que les secondaires.
L’aisance de Bottero à créer un univers familier au notre, donne un côté si réaliste à l’ensemble de cette histoire qu’elle en est  parfois déroutante, j’ai aimé cette sensation.
Notre monde est en perpétuel évolution, la violence est de plus en plus imposante et Pierre Bottero choisi de créer un monstre pour en expliquer la cause. C’est si simple est pourtant si percutant !

Une seule petite déception, j’attendais plus du Pratum Vorax, cette savane dangereusement mortelle, qui aurait pu être encore plus intéressante à décortiquer… Il me faudra travailler mon imagination pour inventer une nouvelle histoire à cette étendue verte…

4 commentaires:

  1. Olala ça fait des années que j'ai lu cette trilogie et je ne m'en souviens plus trop ! Faudrait que je me la procure ^^

    RépondreSupprimer
  2. J'ai vraiment adoré, Pierre Bottero fait des livres à déguster !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est tout à fait ça ! lorsqu'on tombe dedans, on ne peut plus le lâcher :D

      Supprimer