jeudi 13 septembre 2012

Les Trois Lumières


De Claire Keegan :


Quatrième de couverture :

Par une radieuse journée d'été, un père emmène sa fillette dans une ferme du Wexford, au fond de l'Irlande rurale. Le séjour chez les Kinsella semble devoir durer. La mère est à nouveau enceinte, et elle a fort à faire. Son mari semble plutôt désinvolte : il oublie le bagage de la gamine dans le coffre de la voiture en partant.

Au fil des jours, la jeune narratrice apprivoise cet endroit singulier. Livrée à elle-même au milieu d'adultes qui ne la traitent pas comme une enfant, elle apprend à connaître, au gré des veillées, des parties de cartes et des travaux quotidiens, ce couple de fermiers taciturnes qui l'entourent de leur bienveillance. Pour elle qui était habituée à une nombreuse fratrie, la vie prend une autre dimension. Elle savoure la beauté de la nature environnante, et s'épanouit dans l'affection de cette nouvelle famille si paisible. En apparence du moins. Certains détails l'intriguent : la manière dont Mrs Kinsella lui propose d'aller puiser de l'eau, les habits de garçon dont elle se voit affublée, la réaction de Mr Kinsella quand il les découvre sur elle...

Mon avis :

J’aime énormément la couverture épurée du roman. Simple, directe, qui donne envie. Les trois lumières me semblait bien prometteur.

Lu dans le cadre du challenge ABC, sur Livraddict, cette fois-ci, mon choix se portait sur la lettre K comme Keegan.

C’est un tout petit livre d’une centaine de pages, et ma lecture fut des plus rapides. Mais je n’ai pas forcément adhéré à l’histoire.
Certes, le style est des plus agréable, d’où l’aisance et la rapidité de ma lecture. Mais l’histoire en elle-même est un peu trop simple voir même à certain passage minimaliste et bâclés.
Alors que des évènements marquants, plus détaillés, m’auraient intéressés, je retrouve dans ce texte une fadeur qui me laisse un goût d’inachevé.

J’ai mis du temps à comprendre les motivations des parents de la jeune fille, à la laisser dans un lieu inconnu, pour permettre à sa mère d’achever « tranquillement » sa grossesse. Pourquoi, alors, le reste de la fratrie, bien plus jeune et dépendant, reste sous ses ailes ? Alors qu’il aurait été plus simple de garder la plus grande pour se décharger un peu de la surveillance de ses frères !
J’étais assez perplexe… Cela cachait peut-être bien des choses…

Beaucoup de « non-dits » restent en suspens, face au rapport qu’elle entretient avec l’homme qui la prend en charge le temps d’un été. Pas par rapport à lui, mais vis-à-vis de son père, incapable d’avoir la moindre tendresse à son égard. Là encore, aucune réponse n’est apportée et je reste sur ma faim.

Il y a tout de même quelques moments sympathiques dans ce roman… La course quotidienne à la boite aux lettres, en fait partie.
L’homme lui donne la possibilité de s’exprimer à travers la course, l’engageant à des premiers encouragements qu’elle n’avait jamais eu jusque-là. Les sentiments qu’elle exprime alors qu’il la complimente, sont touchants et bien décrits. On ressent toute l’importance de ces moments.

En résumé, une petite déception pour ce roman qui aurait pu être beaucoup plus fournit et enthousiasmant. J’ai tout de même apprécié le style de Claire Keegan et pourquoi pas, lire l’autre roman de cet auteur, pourrait bien m’intéresser…

4 commentaires:

  1. ah c'est pas très réjouissant comme avis je trouve ! J'sais pas si il va sortir de ma PAL bientôt alors lol

    RépondreSupprimer
  2. Bof alors... bon, ça va, j'ai déjà un 3 (les trois saisons de la rage), en fin, dans ma PAL, il faut encore le lire!!! Merci pour ce billet Pimousse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne te donne pas très envie de le lire hein ! ^^'

      Supprimer