mardi 6 novembre 2012

La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi...



De Rachel Joyce

Quatrième de couverture :

Jeune retraité à la vie bien rangée, malmené par une épouse exaspérée par le moindre de ses gestes, Harold Fry reçoit un matin une lettre de Queenie, unevieille amie perdue de vue qui lui annonce sa mort prochaine. Une lettre à laquelle Harold s’empresse de répondre mais qu'il ne postera jamais. Mû par l'intuition qu’il doit remettre cette lettre en main propre à son amie et que, tant qu’il marchera, elle vivra, sans boussole ni carte, sans téléphone ni chaussures de marche, Harold entame une traversée de près de 1 000 km à travers l'Angleterre.
L’occasion pour lui de réfléchir sur sa vie : son enfance douloureuse entre un père alcoolique et une mère absente, sa relation avec sa femme, Maureen, et leur première rencontre, ses rendez-vous manqués avec son fils David, sa vie professionnelle ratée, l’alcool, Queenie... Le destin d’un homme ordinaire prêt à traverser à pied un pays tout entier sur la seule certitude qu’il peut par ce geste sauver son amie.

Parlons de l’auteur :

Rachel Joyce vit en Angleterre, dans une ferme du Gloucestershire, avec sa famille. Elle a été pendant plus de vingt ans scénariste pour la radio, le théâtre et la télévision, et comédienne de théâtre, récompensée par de nombreux prix. La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry arriva le mardi… est son premier roman.

Mon avis :

Je tiens à remercier les éditions XO ainsi que les membres de la Team de Livraddict, pour m’avoir permis d’accéder à ce partenariat.

Parlons Couverture :

Ne vous fait-elle pas envie ? J’avoue que pour ma part, avant même d’avoir lu le résumer, j’ai eu l’insoutenable souhait d’être l’une des chanceuses à pouvoir recevoir ce roman.
Le titre a confirmé ma convoitise, et je ne peux qu’être heureuse de l’avoir enfin dans mes mains.

Parlons contenu :

Dès le départ, avant même d’avoir pu le débuter, j’ai su que j’allais l’aimer. Il est de ces livres qui nous marque, qui nous ensorcelle et que l’on ne peut se détacher.

Harold est un homme simple. Retraité depuis peu, sa vie est faite d’un quotidien passif, et routinier. Sous les remarques tempétueuses de sa femme, il coule ses journées de façon « paisible », et ennuyeuses…
Jusqu’au jour où il reçoit une lettre. Une lettre qui va bouleverser sa vie de la plus belle des façons.

Queenie est gravement malade, elle a un cancer et sa vie touche à sa fin. Dans un sursaut de lucidité, elle écrit une lettre, destinée à Harold, un ami.
Bouleverser par cette nouvelle, Harold ne sait pas quoi répondre. Bonne chance ? Bon courage ? Je suis avec toi ?
Une simple phrase, et voilà, tout est fini…

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Harold aurait pu y mettre un terme définitivement, en la postant ce jour-là. Mais non. Il part… Sur un coup de tête… Parce qu’une petite caissière d’un garagiste lui dit qu’il y a toujours de l’espoir… Il part, pour la rejoindre, elle, Queenie.

Ce n’est pas une histoire d’amour. C’est une quête, un périple. Un but fou, et qui nous semble irréalisable. Et c’est là toute la grandeur de son acte.
Harold part, sans rien, sans équipement de bon petit randonneur, sans chaussure, sans carte, sans argent… Et surtout, sans prévenir sa femme.
Il part pour la sauver. Parce qu’il y croit. Un peu comme un prêcheur qui amène la bonne parole, il déverse sa conviction à la face du monde.

Ce que j’ai aimé dans ce road-trip, c’est que tout n’est pas si simple. Sa croyance en sa réussite s’effrite. Les gens qui l’entourent ne le croient pas capable d’arriver en un seul morceau. Ils le forcent à renoncer. Ils ne le soutiennent pas. Et malgré la volonté de l’homme, elle s’estompe, envahit par ses blessures, sa fatigue et ses crampes, Harold n’est que souffrance.
Un peu comme un chemin de croix, son parcours est semer d’embuches, mais la force d’Harold renait dans des petites choses, des mots, des souvenirs, des actes, des gestes de gentillesse à son égard.

Harold est porté par son assurance, par Queenie, et par toute une nation.

Je l’ai dévoré de la première à la dernière page. Il n’y a pas une seule fausse note. La fin a même réussit à me surprendre. Ce roman est un régal, un petit bijou qui se lit vite et bien.

6 commentaires:

  1. Joli billet, un livre à découvrir vite alors!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh que oui :D c'est un roman très agréable à lire et une très belle histoire.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. oui :) j'aime aussi, en faite, j'aime bien les noms à rallonge ^^

      Supprimer
  3. Et bien c'est fait, et j'ai vraiment beaucoup aimé!!!!

    RépondreSupprimer