lundi 28 juillet 2014

La Selection

De Kiera Cass :


Quatrième de couverture :

35 candidates. 1 couronne. La compétition de leur vie.
Quand la dystopie rencontre le conte de fées !

Dans un futur proche, les États-Unis et leur dette colossale ont été rachetés par la Chine. Des ruines est née Illeá, une petite monarchie repliée sur elle-même et régie par un système de castes. Face à la misère, des rebelles menacent la famille royale. Un jeu de télé-réalité pourrait bien changer la donne...
Pour trente-cinq jeunes filles du royaume d'Illeá, la « Sélection » s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre une vie de paillettes. L'unique occasion d'habiter dans un palais et de conquérir le cœur du jeune Prince Maxon, l'héritier du trône. Mais pour America Singer, qui a été inscrite d'office à ce jeu par sa mère, être sélectionné relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure ; quitter sa famille et entrer dans une compétition sans merci pour une couronne qu'elle ne désire pas ; et vivre dans un palais, cible de constantes attaques de rebelles...
Puis America rencontre enfin le Prince. En chair et en os. Et tous les plans qu'elle avait échafaudés s'en trouvent bouleversés : l'existence dont elle rêvait avec Aspen supportera-t-elle la comparaison face à cet avenir qu'elle n'aurait jamais osé imaginer ?

Mon avis :

Je le voulais depuis de long mois déjà ! Mais parce qu’on m’offre souvent des livres, je n’osais pas me le procurer, de peur de l’avoir en double exemplaires, dans ma bibliothèque.
Mais parce que pour quelques semaines, je n’ai aucun signe d’un quelconque cadeau, je me suis enfin décidée à le rajouter à ma pal.

Parlons couverture :

Consacrée à un publique d’adolescente rêveuses, la photo est représentative de ce que cette tranche apprécie. Une photo et un titre accrocheur, qui ne laisse pas indifférents.

Malgré mon âge plus mure, je n’ai pu résister moi-même à l’engouement du monde littéraire et les divers critiques élogieuses sur l’histoire d’América et la plume agréable de l’auteur.

Parlons contenu :

Plusieurs décennies se sont écoulées depuis notre aire (Encore une fois, c'est une dystopie). Les guerres, l’égoïsme de la nature humaine, la faim, ont poussés les hommes à une nouvelle monarchie composé de caste allant du rang 1 à 8.

Au sommet de cette nouvelle chaine, des royalistes, suivies par la noblesse (le rang 2) ; puis le classement se fait autour du métier de chaque famille.
Les soldats, les médecins, les artistes, les troubadours, les ouvriers, et pour finir, celui des sans-logis.

América fait partie de rang 6. Chanteuse et musicienne talentueuse, la jeune femme se voit forcée d’accepter de participer à la grande sélection qui consiste à trouver l’épouse du prince héritier.
Contrainte, par sa mère, qui la voit déjà reine et élevé au rang 1. Mais également par Anse, son grand amour… Qui pour cause d’un orgueil mal placé, pense qu’elle doit gagner sa chance de vivre plus aisément, contrairement à lui, qui est d’un rang inférieur.

Alors qu'elle pense n'avoir aucune chance, une cruelle circonstance, la jeune fille est sélectionnée parmi 35 autres jeunes femmes, et bascule dans un monde qu’elle ne connait pas, devant un homme qui n’est pas forcément celui qu’il reflète à l’écran de sa télévision, face à certaines courtisanes manipulables et calculatrices.

Et là, que dire, à part peut-être soulignée cette avidité dévorante qui m'a amené à le lire d'une seule traite  !

J’ai été totalement addictive à cette histoire. Un monde où l'on parle de prince et de princesse, un monde dédié à mon âme d'enfant, fait d'amour, de rivalité, de plaisir et de rêve. 
Mais alors que ma cervelle de petite fille (oui, j'étais revenue à cette époque) sautillait dans tout les sens, rougissait et gloussait à travers certains regards, certains mots et certains gestes, mon côté plus adulte centrait plus sur les à côté de ce monde de paillette. Car les dessous de ce décor ne sont pas si féérique...

Étrangement, je préfère de loin Maxon (le prince) à Anse. Outre le fait qu’il soit prince (ce qui ne gâche rien), je l’ai trouvé beaucoup plus à l’écoute d’Amércia, plus digne, plus droit, et peut-être même finalement, plus amoureux d’elle.
Anse est un égoïste étouffé dans ses valeurs, et qui m’a pas mal horripilé. Il m’a un peu envahi dans les moments où il apparait, et j’aurais voulu carrément l’effacer de l’équation. J’attends de voir où nous mènera l’histoire de ce trio dans le prochain tome, mais je sens bien qu’il va être difficile pour América de faire la part des choses et de bien choisir…

Je n’ai qu’une chose à dire, vivement la suite ! 
~~~

Quatrième de couverture :

La Sélection de 35 candidates s'est réduite comme peau de chagrin, et désormais l'Élite restante n'est plus composée que de 6 prétendantes. L'enjeu pour ces jeunes filles ? Convaincre le Prince Maxon, le Roi et la Reine ses parents, qu'elles sont les mieux à même de monter sur le trône d'Illéa, cette petite monarchie régie par un strict système de castes et déchirée par deux factions de rebelles qui veulent la faire tomber.
Pour América Singer, la donne est encore plus compliquée : ses sentiments pour Maxon viennent se heurter à son amour d'enfance pour Aspen, garde royal qui hante les couloirs du palais, et à son sens aigu de la justice trop souvent déçu par les décisions royales... Entre intrigues de cour, dilemmes tragiques et loyautés divisées, América navigue à vue dans la tourmente, en quête de la décision qui changera à jamais sa vie...

Mon avis :

Je viens de terminer ce deuxième tome et mon avis est plus que mitigé... Alors que j'avais adoré l'opus précédent, cette fois-ci, et malgré une histoire qui ne manque pas de piment, je n'ai pas du tout adhéré à l’héroïne América.
Son personnage piquant et révolté du premier tome est passé aux oubliettes. América passe son temps à changer d'avis entre Maxon et Aspen, elle n'a pas la réaction qu'on attendrait d'elle dans des situations totalement révoltante. Elle en devient insipide et elle mériterait un bon coup au f****.

Bref…

Parlons couverture :

Tout aussi réussite que la précédente, je l’adore. Et entre nous, ce que j’aime encore plus, c’est le voir ranger dans ma bibliothèque. La tranche est superbe !

Parlons Contenu :

Revenons un peu dans le détail...
L'héroïne fait désormais partie des six dernières candidates de la Sélection. Nous l'avions quitté face à un choix cornélien, désigner l'élue de son cœur, son ex-compagnon ou le prince. Je pouvais encore comprendre son hésitation, mais j’espérais qu'une évolution marquée de ses sentiments nous laisserait un peu percevoir une fin éventuelle. Pas que je veuille connaitre la chute finale avant l'heure, mais cela m'aurait permis de m'attacher, un peu plus aux personnages masculins, et surtout, j'aurais peut-être plus été enclin à accepter ses revirement sentimentaux un peu trop important.
Dans un chapitre, América passe de l'un à l'autre, et cela m'agace profondément. Ne peut-elle pas, une bonne fois pour toute, arrêter de chercher des points positifs dans chacun de ses prétendants ? Alors que certaines évidences (je m'attends peut-être à des retournements de situation mais bon... faut pas trop espérer) démontrent clairement que l'un d'entre eux se fou royalement de sa g**le ! Comment peut-on accepter de se laisser manipuler et rabaisser comme un certain protagoniste le fait ? Qu'elle image retenons-nous de ce genre d'infidélité ? Doit-on abaisser sa tête par soumission, histoire de dire, oui couche à droite à gauche je l'accepte !
Mon côté féministe grince, et j'ai été très agacé par cette jeune demoiselle.

Alors que dans le premier tome, elle aurait sans doute explosé plus que ça, là, non... elle reste passive et quel déception.
J’en attends tellement d’elle (peut-être un peu trop). Ne doit-elle pas devenir une reine (si Maxon la choisi). Ne doit-elle pas faire face de façon plus héroïque, aux différentes situations ? Je suis sans doute trop critique à son égards, mais je le répète, j’en attends tellement plus !

L'autre personnage qui m'a énervé, et non des moindres, c'est bien Maxon. Et là pour le coup, le mini livre qui devrait sortir sur sa vision de la Sélection n'est pas inintéressant, car Qu'est-ce qu'il lui passe par la tête ?! Que fait-il ?!  N'était-il pas épris d'América ? Ne devait-il pas, dans sa logique, lui promettre d'être l'élue ? Celle qui lui fait battre son cœur ? N'est-il pas un enfant pourri gâté ? Qui, parce qu'il n'a pas ce qu'il veut, va dragouiller à droite à gauche histoire de ne pas s'ennuyer ?

Alors que j'avais énormément aimé son personnage, le trouvant droit, doux et attendrissant, là, Maxon me fait ressentir tout l'opposé. Il fait sa crise d’adolescence ou quoi ?
Depuis longtemps j'aurais sorti les griffes.
J'essaye pourtant de me mettre dans la peau de ce jeune homme, en me disant qu'il se sent bien seul, et... Non en fait, non... je ne peux pas. Ça ne passe pas.

Il est vrai que tout ne doit pas être du tout cuit et l’évidence du couple América/Maxon dans le premier tome aurait été un peu trop facile. On en aurait oublié Aspen.
Aspen, qui reste égale à lui-même. Et alors que j’avais un peu pris la mouche vis-à-vis de ses réactions égoïstes, dans le premier opus, sa droiture m’a plus convaincu, et j’aime finalement cette histoire d’amour inachevé.
Aspen est le point d’ancrage de la jeune fille, et j’ai apprécié qu’il soit également le mien. Car les déboires sentimentaux d’América m’ont un peu fait perdre la tête, je dois le reconnaître.

Tout n’est pas noire, et j’arrêterais là mes critiques, car ne vous y trompez pas, j’ai aimé ce livre !

Ce qui le sauve de ma déconvenue :

- Des personnages secondaires addictifs, je l’avoue, même Céleste, son ennemi juré m’a plus. Parce qu’elle reste égale à elle-même. Ambitieuse, énervante, cruelle, elle n’en est pas moins intrigante. Son côté pimbêche est délicieusement vicieux, et nous savons toutes qu’elle ira loin…
Marlee est aussi un personnage remarquable. Son histoire est surprenante, et je m’y suis énormément attachée. Alors qu’elle m’apparaissait un peu insipide, dans le premier tome, là, je l’ai trouvé remarquable et courageuse ! Une femme forte qui m’a pas mal chamboulé.

- Les petits carnets  rouges : L’une des grandes révélations de ce deuxième tome. Un point important qui répond à plusieurs de nos questions, dont l’une des plus importantes : que recherche les Renégats ? Grace à eux, la noirceur de cette fiction se révèle enfin, et même si nous avions quelques côtés sombres, le sujet n’était pas assez exploité. J’ai d’ailleurs hâte d’en savoir plus.

- Les différentes péripéties. Outre le déroulement de la Sélection, plusieurs événements  surviennent dans la vie d’América. De nombreuses invasions des Renégats ; Une cruelle accusation ; des missions distillés pour évaluer le potentiels des futures reines, et bien d’autres mésaventures, qui m’ont tenu en haleine tout au long du roman.

Je l’ai dévoré, de la première à la dernière page, avec un plaisir évidant, et ce n’est pas mon petit agacement vis-à-vis des sentiments d’América, qui ont gâché mon divertissement.
C’est un livre qui se lit avec facilité, un peu trop court à mon goût, mais c’est toujours le même constat, quand on aime, on ne compte pas.
J’attends le prochain tome avec impatience, malheureusement pour moi, il est prévu en Avril 2014, c’est bien loin ! 

~~~
tome 3 : L'élue

Quatrième de couverture :

La Sélection prend un ultime tournant. Quant à America, sa vie à changée pour de bon. Et elle est décidée à se battre. Pour Maxon. Mais d'autres concurrentes se sont dangereusement rapprochées du prince. La seule solution: Riposter.

Mon avis :

Parlons couverture

Comme les deux premières, je la trouve magnifique. (Elle va parfaitement dans ma bibliothèque, la tranche étant tout aussi travaillé. Remarque futile, je le reconnais, mais je suis une fille, et nous les filles, on aime ce qui est tout jolie !)

Parlons contenu :

Enfin nous rentrons dans les derniers jours de cette sélection ! 
Bien qu'América mais profondément agacée dans le précédent opus, je peux enfin dire que je me suis réconciliée avec son personnage. Sachant qu'il s'agit de l'héroïne, vous comprenez, sans doute, mon soulagement.

Car bien que son choix, entre les deux garçons, reste encore indécis pendant une bonne partie du roman, ses convictions et ses prises de position concernant la rébellion, prennent de l'ampleur et apporte une dynamique appréciable à l'ensemble de ma lecture.
J'ai adoré chaque ligne de ce troisième tome, et pour tout vous dire, je n'ai pas dormi avant de l'avoir terminé. 

On passe à la vitesse supérieur, et les candidates ne sont plus qu'un trio, aussi différentes les unes des autres.
Bien sur Céleste est toujours en liste, et c'était à prévoir. Elle reste, et ce jusqu'à la fin, une sélectionnée importante et finalement pas si égoïste et méchante que ça... 
L’étau se ressert, et les rivalités sont de plus en plus sournoise. América comprend ENFIN où penche son cœur, et ce n'est pas pour me déplaire... (bien sur, aucune révélation ne sera faite de ma part, même sous la torture, vous n'avez qu'à lire !)

Le trio, América/Maxon/Aspen, est toujours aussi flou, bien que je sache maintenant le dénouement finale (qui je le répète, est totalement en adéquation avec mes propres sentiments concernant ces deux personnages masculins.

Je vous le dis, j'ai fais la paix avec tout le monde.

Avec le recule, les réactions de Maxon (qui contait fleurette à toutes ses prétendantes dans le tome 2) ne me choque plus autant que ça. Après tout, América avait été claire, elle ne l'aimait pas, et il devait chercher ailleurs, l'élue de son cœur ET la future reine.
Car bien sur, dans ma fougue et ma révolte, j'avais oublié ce petit détail... Il n'en restera qu'une, et il faut (pour Maxon) qu'elle soit la bonne. Bonne femme, bonne amie, bonne épouse et bonne souveraine d'un pays au bord de l'explosion.
C'était donc assez, naturelle, que le futur héritier cherche la compatibilité auprès de ses différentes soupirantes...

Quand à Aspen, je continue à le trouver touchant et courageux. Bien qu'il ne soit (pour ma part) qu'un ami, et un soutient pour America, il n'en reste pas moins l'un de ses piliers dans cette histoire. 
Et j'aime SON histoire. 
Une petite chose me chiffonne cependant. Ce côté "plan B", bouée de secours, que notre héroïne préserve. Un sentiment égoïste qui relance pourtant la machine des rebondissements...

En bref, et pour ne pas trop en dévoiler, cette saga (qui malheureusement prend fin là) est à lire !
J'ai passé un très très bon et long moment dans cette dystopie futuriste qui pourtant me rappelle les monarchies d'un temps révolu.
Si vous souhaitez vous détendre, attraper le premier volume, et laisser vous guider dans cette sélection distrayante. 

2 commentaires: