dimanche 28 avril 2013

Clara Militch


De Ivan Tourgueniev :

Quatrième de couverture :

Lorsque Jacques Aratov rencontre Clara Militch, une jeune et talentueuse actrice, il est troublé, ému. Mais les mois passent et il ne pense plus guère à elle, jusqu'au jour où il apprend qu'elle s'est suicidée. Commence alors pour Aratov une quête amoureuse et désespérée sur les traces de Clara Militch pour comprendre son geste... Une incroyable et bouleversante histoire d'amour par-delà la mort.

Mon avis :

Je remercie Sabrina, qui m’a si gentiment offert ce roman. Elle m’a permis de découvrir un auteur qui m’était inconnu, et une nouvelle plus qu’intéressante.

Parlons couverture :

Je ne suis pas très emballée. Elle ne m’apporte aucun indics sur le sujet de ma lecture, et après l’avoir lu dans son intégralité, je la trouve même quelques peu insipide…

Parlons contenu :

Un peu comme toutes ses nouvelles tordues et mystérieuses, nous commençons l’histoire sans trop de fioriture. Dévoilant juste ce qu’il faut pour amorcer l’intrigue, tout en présentant les personnages.
Jacques Arotov, légèrement dandy sur les bords, une vie simple et des amis agréables, est invité à une pièce de théâtre.
Dès qu’il croise le regard de la tragédienne, il sent, qu’entre eux, un courant passe… Mais parce qu’il la trouve trop mystérieuse, et presque impersonnelle, il ne s’y intéresse pas plus que ça.
Jusqu’au jour où il reçoit une bien étrange missive, le convient à un rendez-vous. La jeune demoiselle, lui livre son cœur, et Jacques, surprit, la rejette…

Détruite par cet abandon, Clara se suicide et va entée les nuits de son amour perdu…

Ce que j’ai apprécié dans cette nouvelle, c’est l’ambiance de plus en plus sombre, retranscrit dans le texte. Alors que les premières pages sont très légères, la sensation de pesanteur se fait plus forte. J’ai eu l’impression que le fantôme de Clara Militch pesait sur mes épaules, j’avais la sensation qu’elle me soufflait à l’oreille les explications de son geste. Un peu comme Jacques, j’évoluais tel un pantin vers un destin tragique.
L’auteur a su amorcé cette ambiance oppressante, avec beaucoup de subtilité. Et même si la fin, pour moi, était inévitable, et trait à ce genre de récit. J’en ai aimé toute la saveur.

Une très belle découverte. 

2 commentaires: