vendredi 7 février 2014

Les Mondes d'Ewilan

tome 1 : La Forêt des captifs 
De Pierre Bottero :

Quatrième de couverture :

Pendant que ses parents explorent les territoires sauvages de l’autre monde, Ewilan se retrouve prisonnière, sur Terre, d’une sinistre « Institution ».
Dans ce laboratoire clandestin, la Sentinelle félonne Eleé Ril’ Morenval fomente son retour à Gwendalavir.
 Privée de ses Don, torturée, affaiblie, Ewilan ne pourra plus compter que sur le courage de Salim pour s’en sortir…

Mon avis :

C’est reparti ! J’avais laissé Ewilan et ses amis sur les terres de l’autre monde, et je la retrouve avec beaucoup de plaisir, dans cette, pas si nouvelle, trilogie.

Parlons couverture :

Vive les éditions du livre de poche, qui ont su apporter à l’histoire une illustration bien plus sympathique de dans la version précédente. Ce n’est que mon avis bien sûr.

Parlons contenu :

Ewilan et Salim se sont retrouvés après de long moins de séparation. Chacun ayant eu la lourde tâche de se former auprès de leur mentor. L’Académie d’Al-Jet leur a donné des vacances, et c’est tout naturellement qu’Ewilan et son ami, basculent de l’autre côté.
Mais leur périple tourne court, alors qu’ils sont attaqués par des hommes armés. Salim assommé, Ewilan kidnappée et droguée, les deux adolescents sont séparés et ne peuvent plus communiqué.
Salim arrive pourtant à repérer l’endroit où la jeune fille est séquestrée. Un établissement, perdu dans la forêt, où des expériences inhumaines sont menés…  

C’est le point  de départ de cette nouvelle trilogie, et qu’elle régale !
Alors que je m’étais habituée à l’univers de Gwendalavir, ce premier tome est centré sur notre monde. Paris, Marseille et Les Causses sont les plaques tournantes de cette histoire. Et même si j’aurais aimé retrouvé l’univers fantasy de la première saga, ce nouveau décor n’est pas pour me déplaire.

Bien sûr les personnages marquants de la Quête d’Ewilan réapparaissent pour mon plus grand plaisir. Maniel est impressionnant, Edwin et Ellana toujours aussi charismatiques, quand à nos deux tourtereaux (Ewilan et Salim) quel bonheur de pouvoir les retrouver !
Pour autant, Bottero n’est pas resté sur ses acquis, et créait deux petits nouveaux. Maximilien, un homme de soixante-dix-sept ans, attachant et valeureux. Et Bruno Vignol, plein de surprise (je n’en dirais pas plus, histoire de ne pas spoiler l’intrigue).

Je suis toujours autant étonnée, face à mon dévorante addiction. Pierre Bottero, est certainement l’un des plus adroits conteurs pour enfant/adolescent que j’ai pu rencontrer. Et j’ai toujours une immense joie de pouvoir découvrir l’une de ses œuvres. Sachant qu’il m’en reste encore quelques-unes, je ne peux qu’être ravie !

Pour autant, j’ai déjà la suite de cette saga à lire, et je frétille d’impatience de pouvoir assouvir ma soif ! 

~~~ 
tome 2 : L'Oeil d'Otolep

Quatrième de couverture :

Le brûleur arrivait sur eux à une vitesse hallucinante. Ellana encocha une flèche, Edwin tira son sabre, Salim son poignard. Le cœur serré par l'angoisse, Ewilan comprit pourtant qu'ils ne pourraient pas arrête le monstre. Elle se glissa dans l'Imagination.

Mon avis : 


Il ne m’a fallu que quelques semaines, avant que l’envie de connaitre la suite des aventures d’Ewilan ne me ronge et ne m’entraine à Gwendalavir.

Et comme toujours, avec l’univers de Pierre Bottero, je suis conquise dès les premières lignes. Je retrouve alors, ses personnages qui me sont devenus familiers, cette quête inachevée et ses dangers tous plus nombreux et inconnus. Je prends alors le parti de le dévorer jusqu’au point final, sans relâcher mon attention, et je me retrouve surprise d’avoir lu en si peu de temps ce nouveau tome.

Car c’est bien là toute ma frustration. L’envie d’ajouter des pages pour en faire un roman dense, long et envoûtant. Comme tout bon livre, j’aimerai en découvrir son contenu indéfiniment. Et malheureusement pour moi, la  fin de cette saga, consacrée à Ewilan, approche à grand pas. Ne me laissant que les bons souvenirs et le regret de ne pouvoir continuer à observer les périples de ses compagnons.

Dans ce deuxième tome, nous affrontons de nouveaux ennemis, impitoyables et surprenants. L’un des plus imposant et dangereux n’est autre qu’une méduse géante, qui envahi l’imagination, et empêche de la pratiquer. Mortelle et destructrice, nous apprenons peu à peu l’étendu de sa malveillance et Ewilan n’aura de cesse de la combattre.
Bien sûr, même si nous n’apercevons pas Élé Ril’ Morienval, son ombre gravite autour de la jeune fille. Elle attend son heure et pose ses pions pour remporter la victoire finale. D’autre ennemi surgisse alors qu’on ne les attendait pas, mais je n’en révèlerai pas plus de peur de vous gâcher les différentes révélations.

Certes, donc, de nouveaux ennemis point à l’horizon, mais quelques personnages, beaucoup plus amicale compense le côté obscure du roman. Liven est l’un des premiers que nous rencontrons dans les premiers chapitres du roman. Et là, mon cœur balance…
Étudient l’art de l’imagination au côté  d’Ewilan, nous comprenons très vite qu’il est épris de la jeune fille. Celle-ci ayant donné son cœur à son ami de toujours, il est donc difficile pour Liven de conquérir la demoiselle. Pourtant l’attirance entre les deux académiciens est palpable, et j’ai eu du mal à me faire à  cette idée. Ewilan et faite pour Salim, et j’espère qu’elle s’en rendra compte. Le côté un peu trop sûre de lui de Liven m’hérissant un peu trop à mon goût…
Un autre personnage est accueilli au sein de la petite troupe, Une Faëlle du nom d’Erylis, la compagne de Chiam. J’ai beaucoup aimé la douceur de ce personnage…

Pour finir,

Je me suis laissée porter par l’histoire et ce fut un réel plaisir. Dans son ensemble ce roman est une réussite, et je cherche encore le faux pas, qui n’existe tout simplement pas. Le prochain et dernier tome des Mondes d’Ewilan promets d’être palpitant, j’ai hâte de pouvoir connaitre les réponses à mes questions et je pense, cette fois-ci, ne pas attendre plus de quelques jours avant d’assouvir ma curiosité maladive.

~~~
tome 3 : Les Tentacules du mal

Quatrième de couverture :

"Un frisson d'angoisse parcourut le dos d'Ewilan.
-L'Appel Final mérite des jeux extraordinaires, peuple de Valingaï, pour qui vit Baaldoub. Je t'ai donc concocté un programme éblouissant, un programme sanglant, un programme à ta mesure!"

Mon avis : 

Et voilà,
J’achève cette magnifique saga avec une petite pointe de tristesse à l’idée de ne plus entendre parler d’Ewilan et ses compagnons. Ils me manqueront, c’est certains, comme tout personnages important rencontré aux fils de mes lectures dites coup de cœur.
Une part de moi aimerai déjouer la vie elle-même, pour que l’auteur puisse nous régaler encore de ses petits bijoux si bien ficelé et captivant.

J’aurais encore quelques heures de lecture à consacrer à cette Autre-monde, avec la trilogie d’Ellana qu’il me reste encore à lire. Sans oublier Les âmes Croisées. Mais pour cette jeune fille aux yeux violets, s’en est définitivement terminé et cela me peine.

Sans vous dévoiler la fin (assez hallucinante et qui mérite d’être apprécié) je suis frustrée de ne pas continuer l’aventure. J’aurais aimé en savoir  tellement plus sur cette après qui me semble palpitant. Une nouvelle quête, de nouvelles découvertes, un nouveau monde, j’adorerais pouvoir accompagner ces héros dans une nouvelle quête épique et magique.

Mais revenons-en à ce dernier tome riche de péripéties renversantes.

Beaucoup d’interrogation me turlupinait, et j’ai dû écourter l’attente entre les deux romans pour assouvir ma curiosité. Je ne pouvais les abandonner face à cette dernière étape et les laisser affronter ce monstre sans leur apporter mon soutien de lectrice assidue et addictive. A croire que moi seule peut pousser Ewilan à combattre courageusement. Suis-je à ce point crédule ?
Oui… je le crains.
J’ai toujours pensé que mon implication à la lecture d’un roman favorisait le bien-être de mes personnages préférés. Un peu comme Bastien dans le monde sans fin

Donc, suite à ce constat, et du haut de mes 33 ans, je me suis permise de dévorer (pour la bonne cause) la fin de la saga des Mondes d’Ewilan.
Grand bien m’en face, j’ai été exaucé sur tous les plans. Et je ne peux que m’incliner face à cet auteur de génie.

Chaque fait, révélation, constat, sont expliqués et analysés. De ce côté-là, nous ne restons pas sur notre faim. Et j’ai vraiment apprécié le devenir de chacun.
Quelques personnages sombres, qui apparaissent dès le deuxième tome, font soudain tilt dans mon esprit, comme cet ombre qui suit les traces du groupe. Qui est ce personnage, ennemi ou ami ?
Je vais être franche, moi qui me targue d’être une personne logique, qui reconnais les signes avant-coureur et qui sait souvent avant les autres ce qu’il va se passer, là… j’ai pataugé jusqu’à la dernière minute (ou presque). Et j’aime être surprise.

D’autres surprenantes révélations (dont je terrais le sujet) m’ont totalement chamboulé, et j’ai là aussi adoré !

Je ne peux que succomber au charme de l’écriture douce et lisse de pierre Bottero. Un peu comme une goutte d’eau qui glisse sur une vitre, je trouve son style si poétique et agréable, qu’il me laisse rêveuse. Que donnerai-je pour pouvoir écrire comme lui.

4 commentaires:

  1. J'ai raté tes précédentes chroniques sur cette série, je ne connaissais pas, mais celle-ci me donne envie de lire le tome 1 pour découvrir ! Je l'ai donc ajouté à ma WL, on verra, si ça me plait :)

    Merci Juju pour la découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. de rien :D Il faut lire la première série avant tout, c'est important, sinon, tu ne comprends pas qui est qui et c'est un peu dommage. J'ai adoré lire la Quête d'Ewilan, et je pense bien que cette suite va me plaire également :D
      Merci pour ton commentaire.

      Supprimer
  2. Cette série est tout simplement superbe !

    RépondreSupprimer