lundi 11 novembre 2013

Le Silmarillion

De J.R.R Tolkien :

Quatrième de couverture :

Les Premiers jours du Monde étaient à peine passés quand Fëanor, le plus doué des elfes, créa les trois Silmarils. Ces bijoux renfermaient la Lumière des Deux Arbres de Valinor. Morgoth, le premier Prince de la Nuit, était encore sur la Terre du Milieu, et il fut fâché d'apprendre que la Lumière allait se perpétuer. Alors il enleva les Silmarils, les fit sertir dans son diadème et garder dans la forteresse d'Angband. Les elfes prirent les armes pour reprendre les joyaux et ce fut la première de toutes les guerres. Longtemps, longtemps après, lors de la Guerre de l'Anneau, Elrond et Galadriel en parlaient encore.

Mon avis :

Après avoir lu et relu Le Seigneur des anneaux et Le Hobbit. J’ai voulu approfondir mes connaissances concernant la bibliographie de Monsieur Tolkien.
Aimant son style inimitable, et le classant au-dessus de tous en matière de Fantasy (même si beaucoup sont tout aussi talentueux), je ne pouvais que débuter, les yeux fermés, le Silmarillion.

Pour le coup, le titre fut une réelle attraction, et l’un des points importants de mon choix de lecture. Beaucoup d’autres de ses romans, me sont encore inconnus, mais celui-là, plus particulièrement, me semblait attrayant.

Imaginez pouvoir lire, dans son intégralité, l’histoire de la création d’un monde. Les mythes et légendes, les guerres, les révoltes. Les faiblesses, les colères, les fautes d’un peuple jeune et inexpérimenté. Le début d’une Aire, et la fin d’une autre…
Imaginez pouvoir effleurer l’esprit de Tolkien, ses connaissances, l’incroyable amoncellement de donnée qui ont servi à construire la saga du Seigneur des anneaux. La complexité de chaque créature, la descendance de cette célèbre communauté, le passé de Sauron. La création de La Terre du Milieu.

Ne voudriez-vous pas acquérir ce savoir ? Pouvoir l’espace d’une lecture, plongé dans l’Histoire de cette terre si cher dans le cœur des fans de Tolkien.
J’ai eu cette curiosité, et je ne peux qu’être éblouit et sans doute aussi étourdie par tant de donné exploité. La  densité de son contenu est totalement ahurissante. Je ne peux qu’être admirative de tant d’ardeur à dépeindre un monde imaginaire. L’auteur des deux tours, n’a pas créé une quête, mais bien une société à part, entière, complexe et riche.

Mais c’est aussi son défaut. Le texte est lourd, et un peu trop consistant pour se lire en une seule fois. Un peu comme un Atlas, ou un dictionnaire, j’ai préféré découvrir, à petites doses, ces légendes du premier Âge. 
Ma lecture n’en a été que plus intéressante, et je pense que mon attention n’en a été que plus grande. 

Je vous conseille d'en faire autant...

2 commentaires:

  1. Cela fait maintenant quelques temps que l'envie me titille de mieux connaître Tolkien, surtout quand on voit la quantitié surréaliste de livres qu'il a écrit sur son monde. Tu me donnes encore plus envie ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai adoré le seigneur des anneaux, il a été mon livre de chevet pendant loooongtemps :) J'ai ensuite lu le Hobbit qui est vraiment proche du seigneur des anneaux. Je pense découvrir Roverandom très prochainement. L'univers de Tolkien est si riche !

      Supprimer