jeudi 5 décembre 2013

Jambe en l'air



De Delphine Coussement :

Quatrième de couverture :

Je vous révèle dans cet ouvrage les premières pages de mon journal intime. Il débute un beau jour du mois de mai, le jour où tout bascule, où les cartes de mon destin ont été battues et redistribuées. À partir de ce moment, plus rien n’a été pareil. Je vous livre mes états d’âme, mes doutes, mes questionnements, mes créations poétiques, aussi modestes soient-elles :

« En un mot comme en cent,
Je vous dis qu’il n’est pas marrant
De se retrouver la jambe en l’air.
On n’en est jamais fier ! »

Je vous invite donc dans un voyage de quelques mois de ma vie. Vous ne vous y ennuierez pas car divers ingrédients sont présents : amour, suspense, psychologie bon marché et surtout une bonne dose d’humour…

Parlons de l’auteur :

Née en Belgique, Delphine Coussement a entamé la rédaction de son roman Jambe en l'air après la naissance de son second enfant. Son récit a grandi, s'est développé et structuré, a subi diverses modifications jusqu'à son aboutissement. Ce roman a joué un rôle de catharsis, d'exutoire. Il fit longtemps partie d'un jardin secret... dont elle vous ouvre la porte aujourd'hui...

Mon avis :

Je remercie, tout d’abord, Delphine Coussement, pour sa gentillesse, ainsi que les éditions Edilivre pour leur réactivité.
J’ai reçu, il y a quelques semaines, un mail de l’auteur, me demandant s’il m’était possible de lire son roman. Intriguée par sa synopsis, ainsi que par son titre assez percutant et humoristique, j’ai tout de suite répondu présente.

Ai-je pourtant vraiment aimé mon moment de lecture ? C’est une autre histoire.

J’ai souvent tendance à dire d’un livre, qui m’a plus ou moins diverti, que l’auteur n’a pas su aller jusqu’au bout des choses… Mais là, je dirais plutôt l’inverse…
L’héroïne subit un accident de la route. Renversée par une voiture, la jeune femme se voit contrainte de subir une opération couteuse. En effet, n’ayant pas de mutuelle et travaillant au noir, la facture est lourde à assumer. Et même si l’amour a toqué à sa porte, en la personne de Paul, le chauffeur de la dite voiture, les différents déboires de l’accidentée s’amoncellent.

Obligée de retourner chez son employeur tortionnaire ; au prise avec un cambrioleur ; bousculée par un groupe d’homme chatouilleux et éméchés ; des visites et contrevisites médicales difficiles ; une mère envahissante ; un centre commercial attaqué, j’en passe et des meilleurs. A croire que la demoiselle porte la poisse là où elle passe.

Et… trop de péripéties, tue la péripétie.

Le genre Chick-lit (Je n'ai pas forcement trouvé qu'il s'agissait d'un genre Contemporain), n’est franchement pas ma tasse de thé. Pourtant, on pourrait facilement s’attacher à ce personnage. J’ai aimé son petit caractère, même si parfois, j’aurais préféré plus de faiblesse. Moins de bravoure, et plus de prudence…

Ma lecture n’a pas été aussi pénible que l’on pourrait le croire. Le style de Delphine Coussement, est assez agréable, et les 496 pages ont été avalé assez aisément. Certes, je n’en garderais pas forcément un grand souvenir, mais je ne le descendrais pas trop pour autant.
A vous de vous faire votre propre jugement…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire