samedi 8 novembre 2014

Les demoiselles de Spindle Cove

tome 1 : Un moment d'abandon
De Tessa Dare :

Quatrième de couverture :

Spindle Cove est un village idyllique. Il permet aux femmes de s'évader loin de la folie des hommes. Pourtant, ce havre de paix est bientôt envahi par des soldats las de la guerre et dangereusement séduisants. Victor Bramwell, nouveau comte de Rycliff est l'un d'eux. Il a l'ordre de former une milice locale dans ce lieu atypique. Rapidement, il se heurte à Suzanna Finch, et à ses idées résolument modernes.

Mon avis :

Suite à ma lecture enthousiaste de la chronique de Gallaena, pour ce premier tome, j’ai eu l’envie, moi aussi, de succomber à cette nouvelle saga.
Quoique réticente à ce genre littéraire, j’aime, de temps en temps, m’adonner à des lectures plus simple et frivole. Les demoiselles de Spindle Cove étaient donc toutes trouvées.

Parlons couverture :

Je ne peux qu’apprécier celle-ci. En effet, les romans j’ai lu ont choisi des illustrations parfaites et romantiques à souhait. Ce premier tome est très agréable à regarder, remplaçant judicieusement ses couvertures d’autrefois, où les jeunes filles se pâmaient devant un belle-âtre bodybuildé. Quelle riche idée !

Parlons contenu :

La bourgade de Spindle Cove, dépourvue de violence et de présence masculine, se voit soudainement envahit par une brigade encombrante et bruyante. Une milice doit-être créée, et le colonel Bramwell est en charge d’enrôler et commander des hommes effacés qui ont oublié leur rôle protecteur au sein même du village. Affronter les armés, la guerre et les balles, n’est que formalité pour le tout nouveau comte, mais une femme comme Suzanne Finch, c’est une toute autre histoire !
Comment concilier sa mission et l’effet dévastateur que cette demoiselle provoque lorsqu’elle croise son regard. C’est bien là tout le défi de Bram.

Ce roman est, comme je l’attendais, divertissant et agréable à lire. J’ai trouvé que l’histoire autour du couple Bram/Susanne était assez plaisante. La création de la milice, la rivalité entre les hommes et les femmes du village, les petites pointes d’humour çà et là, sans oublié le caractère, des différentes jeunes femmes, intelligent et incisif pour certaines, donne un rebondissement certain à la romance des amants.

Toute cette action, m’aura permis d’apprécier à sa juste valeur ce roman rose bonbon. Car comme souvent, j’ai tendance à m’ennuyer lorsqu’un auteur relate une histoire passionnelle un peu trop fleur bleue. Même si mon esprit féminin est friand, quelques fois, d’amour dévastateur, je me lasse très vite et saute la quasi-totalité des déclarations dégoulinantes et mielleuses…  Et malheureusement le côté jeune femme innocente et homme bien trop sûr de lui, est un peu trop présent à mon goût…  

Pourtant, et comme je le disais un peu plus haut, les évènements qui entourent ce flirt guimauve, sauvent totalement ma lecture d’un ennuie dévastateur. L’auteur Tessa Dare  consacre une grande partie du roman à l’intrigue en elle-même. J’ai vraiment adoré pouvoir participer à la vie de cette petite communauté. La romancière nous dépeint, de manière convaincante, la société de ce siècle.

La condition de la femme à cette époque, le respect de l’étiquette, la sacro-sainte réputation à préserver, les interdictions, le manque de liberté.
Tout y est justement doser.

Et que dire du style romanesque et victorien très agréable à lire. J’apprécie tout particulièrement cette manière de s’exprimer. Si respectueuse, si chevaleresque, et malheureusement si démodé…

Ce fut donc une lecture en demi-teinte, que je recommanderai toutefois, à l’âme de jeune fille qui sommeille en vous.


J’hésite tout de même à lire la suite, même si les prochains couples ont du potentiel… Mais une chose est certaine, ce livre va plaire à ma mère !


~~~
tome 2 : Une semaine de folie

Quatrième de couverture :

Minerva Highwood, une vieille fille déterminée à le rester, a besoin de quitter Spindle Cove et de se rendre en Écosse.
Colin Sandhurst, Lord Payne, un débauché de premier ordre, a besoin d'être... quelque part, sauf à Spindle Cove.

Ces partenaires invraisemblables ont une semaine pour :
- simuler une fuite amoureuse
- convaincre famille et amis qu'ils sont bel et bien "amoureux"
- distancer des voleurs armés
- survivre à leurs pires cauchemars
- voyager quatre cent miles sans s'entretuer

Tout cela tout en partageant une petite voiture durant le jour et un lit encore plus petit durant la nuit.
Ils n'ont pas de temps à accorder à leur attirance grandissante. Encore moins à cette folle passion. Et le ciel les empêche de passer ces précieuses heures à dévoiler leurs coeurs et leurs âmes !
Soudain, une semaine semble être un temps suffisant pour trouver une montagne d'ennuis. Et peur-être... oui peut-être... l'amour.

Mon avis :

Forte de mon appréciation positive à l'égard du précédent tome, j'avais très envie de replonger dans le conté de Spindle Cove, partagé entre un groupe d’irréductible demoiselles  en jupons et l’attroupement d'une milice à la testostérone plus qu'importante. 

Parlons couverture :

Là encore, je tombe sous le charme de cette édition. Je la trouve parfaite et comme souvent, je vous l'avoue, j'éprouve une certaine satisfaction à la savoir dans ma bibliothèque (tels un trophée).

Parlons contenu :

Lors de ma lecture précédente, j'avais été touché par le personnage de Minerva. Cette jeune fille passionné par les pierres en tout genre, et physiquement aux antipodes des femmes du grand monde à cet époque. Intelligente, sarcastiques et qui pourtant fait oeuvre de maladresse en la présence d'un certain Lord Payne. Elle avait tout pour me plaire.

C'était donc avec un certain plaisir que je retrouvais ce personnage, bien que son homologue masculin n'est pas ma préférence. Il faut dire que son côté, je couche à droite à gauche et je tourne en ridicule cette pauvre vieille fille de Minerva, m'agaçait profondément.

Et c'est peut-être pour cette raison que mon engouement des premiers instants c'est vite fané. 

Bien que l'histoire en elle-même soit tout à fait captivante, le couple Minerva/Payne à un peu moins fonctionné de mon côté.
Mais revenons tout d'abord aux différentes embûches que vont rencontrer nos deux héros. 
J'ai tout simplement adoré ce voyage chaotique, où rien ne leur a été épargné. Kidnapping, disparitions des bagages, manque d'argent, et autres anecdotes qui m'ont bien fait rire et on fait que je n'ai pas lâcher le livre avant la fin. Je ne vous révélerais pas toutes les mésaventures de nos jeunes "tourtereaux", il vous faut tout de même une part de surprise.

La plume de l'auteur, toujours aussi agréable et aérienne, n'a fait que renforcer l'aisance avec laquelle j'ai lu ce roman.

Toutefois, comme je l'ai déclaré un peu plus haut, Lord Payne ne m'a pas du tout envoûté. Je l'ai trouvé à la fois prétentieux, et un peu trop insouciant et libertin. Certaines scènes m'ont un peu agacé, voir énervé. 
J'aurais pourtant cru que son passé, m'aurait réconcilié avec cet homme, mais bien que son histoire soit des plus tragiques, le mal était déjà fait et je m'étais construite un personnage assez antipathique et débauché qu'il me fut difficile d'effacer.

bien sûr, je ne renonce pas à la suite des demoiselles de Spindle Cove, et j'espère apprécié à sa juste valeur les couples qui suivront. Le prochain est d'ailleurs très prometteur. 


~~~

Quatrième de couverture :

Après des années à se débrouiller seule, Kate Taylor a trouvé de l'amitié et de l'acceptance à Spindle Cove, mais elle n'a jamais cessé d'espérer l'amour. Le dernier endroit où elle le cherchait était bien les bras du Caporal Thorne. Le commandant est aussi froid que la pierre et brutalement séduisant. Mais lorsque de mystérieux étrangers viennent en quête de Kate, Thorne se présente comme son fiancé. Il clame n'avoir que la sécurité de Kate à l'esprit. Alors d'où vient cette passion dans son baiser ?


Il y a bien longtemps, Samuel Thorne avait dévoué sa vie à maintenir Kate heureuse. Il veut ce qu'il y avait de mieux pour elle, et il sait que ce n'est pas le mariage avec un homme comme lui. Pour survivre à leur fiançailles temporaires, il doit garder les mains loin de son corps si tentant et fermer son coeur. C'est la bataille la plus dur de sa vie de guerrier... et la première qu'il semble destiné à perdre.

Mon avis : 

C'est avec plaisir, que je retrouve les demoiselles de Spindle Cove, pour ce troisième volet.
Bien que la romance en elle-même me soit familière, puisque nous retrouvons encore et toujours les mêmes codes de cette littérature romanesque, j'ai aimé pourvoir découvrir cette nouvelle héroïne fragile et timide qui se dévoile au fils du roman.
Toujours est-il, que l'époque, où se déroule l'action, prend une place de premier choix dans cette lecture, ce qui est grandement appréciable.

J'ai très vite apprécié, le couple Kate/Thorne, les ayants déjà aperçue à de nombreuses reprises, suite aux tomes précédents, j'attendais, avec une certaine impatience, que l'auteur se consacre à ces deux personnages.

Le Capitaine Thorne, est un homme ombrageux (dirons-nous), colérique, un peu trop hargneux, et pourtant si charismatique. Au dire des femmes alentours, le soldat, n'a pas à rougir, d'une réputation passionnée, et pourtant... Kate ne le supporte pas. La jeune professeur de musique, ne peux contenir son agacement face à son manque de savoir vivre. Entre eux, les colères grondent plus que la gentillesse.
C'est pourtant grâce à des fiançailles spontanées que ce nouveau couple va éclore.

Dans ce roman, plusieurs rebondissements étoffent notre lecture.

Kate est une jeune orpheline, au passé inconnu. Qui sont ses parents ? Pourquoi l'ont-ils abandonné ? L'ont-ils aimé ? Questions qui n'ont malheureusement eu aucune réponse à ce jour. 
Et pourtant, tout va changer lorsqu'un aristocrate et sa famille débarque à Spindle Cove. Dès lors, la vie de Kate bascule, pour son plus grand plaisir. Mais les secrets, autour de sa vie passée reste encore inconnus. Le Capitaine Thorne, serait-il la clef de ses souvenirs ?...

La nouvelle famille de Kate, les Gramercy, est vraiment atypique et attachante. Leurs excentricités, leurs jovialités, le débordement d'amour qu'ils ont pour la jeune fille, m'a vraiment amusé (dans le bon sens du terme). J'ai beaucoup aimé la fraîcheur des deux sœurs, et la maladresse de la vieille dame (surtout le passage de la leçon de tire). 

Un bon moment de lecture.

~~~

2 commentaires:

  1. J'adore les couvertures de cette saga...Elles sont juste magnifiques et nous font rêver. Je vais surement tenter le coup pour le premier tome un jour :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est une jolie histoire qui nous fait passer un bon moment. Et j'adore cette époque

      Supprimer