vendredi 7 mars 2014

Le ciel est partout


De Jandy Nelson

Quatrième de couverture :

Un amour brûlant.
Une perte dévastatrice, Lennie lutte pour trouver sa propre mélodie.
Alors que Bailey, sa sœur, sa meilleure amie, vient de mourir, comment continuer ?
A-t-elle le droit de plaire, elle aussi ?
De désirer Toby ? D'être heureuse, sans Bailey ?
Et comment ose-t-elle rire encore ?
Parfois, il faut tout perdre pour se trouver...
Un hymne à l'amour, à la vie, à la musique, à la nature et à l'écriture !

Mon avis :

Parlons couverture :

Je ne la trouve pas très intéressante et accrocheuse. Même si le sujet principal est la mort de la soeur de Lennie, je n'ai pas forcement trouvé judicieux cette illustration. J'ai plus l'impression de prendre l'avion...

Parlons contenu :

A peine terminé, à peine oublié...

Malheureusement pour moi, je n’ai pas vraiment apprécié cette lecture. Bien que l’histoire soit touchante, et les personnages tout mignons, je n’ai pas du tout accroché.

Je n’en dirais pas plus sur l’histoire, parce que même si la trame et les sujets abordés étaient intéressants (le manque affectif, l’abandon, la mort), certains faits et actes ne m’ont pas du tout plus, voire carrément énervé.

J’ai d’ailleurs un coup de gueule à passer. Désolée pour l’auteur, mais c’est son roman qui va payer pour tous les autres…
Trop c’est trop ! Ras-le-bol de ce trio amoureux ! J’en ai marre de lire toujours le même scénario ! Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer. Pourquoi, toujours, éprouver ce besoin de former un couple de trois personnes ? Pourquoi cette indécision !? J’en ai plus que mon compte des « j’aime un garçon, mais celui-là aussi me plait » c’est horripilant ! Et inutile.
Et comme je suis agacée, je n’arrive pas à apprécier l’histoire en elle-même. Je ne vois que ça ! C’est pénible !
Mon côté féministe s’impose, mais bordèle ! Y en a marre de voir des midinettes qui tombent en pâmoison pour un gars, puis un autre, et encore un autre. On est quoi, nous les filles, des êtres incapables de prendre une décision et de si maintenir. De puériles petites créatures, influençables et crédibles ?!
Quelle image de ses adolescentes ! A croire que nous sommes capables de tromper nos compagnons parce que celui d’en face est « trop beau ». Naïve que nous sommes.

J’aimerai des personnages un peu plus sûr d’eux-mêmes ! Qui croient en l’autre, et qui se respectent un minimum. C’est trop demander ?

Il y a tout de même une petite note positive dans cette histoire. J'aime beaucoup l'idée de ces petits mots oubliés un peu partout que l'héroïne laisse trainer sur son passage. Un moyen comme un autre de déverser sa peine, et de garder encore un peu le lien qu'elle avait avec sa sœur.

Tout n'était pas mauvais dans ce livre, forte heureusement, et mon agacement à peut-être empêcher mes émotions de prendre le pas dessus...

6 commentaires:

  1. J'ai le même agacement que toi au sujet des triangles amoureux, et je dois dire que dans des livres comme Hunger Games, par exemple, cela ne me dérangeait pas trop, mais qu'avec celui-là, c'est réellement pénible !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que pour certains romans, les trio donnent du tonus à l'histoire mais là... pas du tout :S
      Je suis contente de constater que je ne suis pas la seule à ressentir ce même agacement ^^

      Supprimer
  2. Je suis comme toi, au bout d'un moment, c'est lassant, dans des grands classiques ou dans certaines histoires, cela donne du piment, du suspense et c'est excitant, mais parfois, cela ne sert qu'à remplir les pages pour rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est tout à fait ce que j'ai ressenti. On rempli pour faire plus de page.

      Supprimer
  3. La couverture est jolie, l'histoire a l'air touchante ...
    Mais bon, dommage que tu n'aies pas accroché =S

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est dommage, cela promettait d'être sympa pourtant...

      Supprimer