dimanche 6 juillet 2014

Tout ira bien Salomé

De Renaud Blondel :

Quatrième de couverture :

Matthias n'a plus le temps...
Du haut de ses cinq ans, sa fille Salomé lutte contre une pathologie génétique grave.
Une transplantation pourrait la sauver, mais le greffon n'arrive pas. Désormais, le pronostic vital est engagé à très court terme.

Le hasard d'une rencontre ouvre alors de nouveaux horizons et redonne espoir à ce père attentif. Pour Salomé renaît peut-être enfin un avenir... mais en terre inconnue et au prix d'un impensable dilemme.

Parlons de l'auteur :

40 ans, chef d’entreprise et publicitaire, Renaud Blondel n’a jamais renoncé aux voyages. Ceux qui loin des us parisiens l’ont conduit aux antipodes, des hauts plateaux éthiopiens aux madrasas de Perse, de l’opacité nord-coréenne à la flamboyance brésilienne… Ces échappées exotiques lui inspirent désormais une deuxième vie, d’auteur. Elles libèrent une plume spontanée, humble, volontiers romanesque qui puise ses sources dans la réalité première des rencontres et des ambiances. Renaud Blondel est aussi l’auteur de Liens Nomades, éditions de midi 2012

Entre parenthèse :

Je remercie l’auteur, Renaud Blondel, ainsi que Les éditions Calepin, pour leurs confiances. Merci également, aux organisatrices de l’opération coups de cœur 2014, pour tout le travail apporté dans la distribution des ouvrages mises à notre disposions, ainsi que leur temps et leurs gentillesses à notre égard.

Mon avis :

Parlons couverture :

A la réception du roman, j’ai été agréablement surprise par son format. De la taille d’un livre de poche, il est très agréable à tenir. Sans compter l’illustration qui est vraiment accrocheuse.

Parlons contenu :

Dès le début de ma lecture, j’ai été embarqué par l’histoire. J’avais déjà jeté mon dévolu sur cet ouvrage, et mes premières impressions se sont révélées confirmées. J’ai très  vite adoré les deux personnages principaux. Matthias, père angoissé et bouleversé par le devenir de sa fille. Et Salomé, petite demoiselle, qui du haut  de ses 5 ans, nous touche par son innocence et sa maturité.

L’histoire est assez bien trouvée. Même si je me suis doutée très rapidement que cet inconnu, un peu trop généreux, gentil et « sauveur », n’était pas si blanc que cela. Très vite, l’inconscience désespérée de ce père qui n’attend plus qu’un miracle, nous plonge dans un avenir apocalyptique.
Et c’est là que le bât blesse. Tout n’est pas si bien ficelé, et j’aurais aimé tellement plus. Plus de détails, plus de sensations, plus de désespoir. Cet homme, qui doit choisir de faire quelque chose d’horrible pour sauver son enfant, ne me captive plus autant. J’aurais aimé, plus de doute dans ce choix, plus d’oppression et d’angoisse face à cet enfermement. Même Salomé n’a pas la place qu’elle mérite dans cette aventure. (Et que dire de l’infirmière, qui aurait mérité bien plus !)

J’ai eu l’impression que la fin avait été un peu bâclée. Cela aurait bien mérité une centaine de pages supplémentaires. Car le style de l’auteur est largement à la hauteur  de mes attentes, et je n’aurais pas rechigné à en lire davantage.
C’est un roman qui mérite qu’on s’y attarde, mais qui peut décevoir par son manque d’approfondissement.

Je suis restée sur ma faim. J’aurais aimé tellement plus.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire