mercredi 21 janvier 2015

La véritable histoire de Noël

De Marlo Leino :

Quatrième de couverture :
Au cœur de la Laponie, pays des neiges éternelles, le jeune orphelin Nicolas est recueilli par les habitants de son village. Mais ils sont tous trop pauvres pour pouvoir l’adopter. Le Conseil des Anciens prend alors une décision inédite : chaque année, le garçon sera pris en charge par une famille différente, et il en changera le jour de Noël.

Avec une étincelle d’espoir et de joie de vivre, Nicolas décide de se consacrer à sa passion : fabriquer des jouets. Le garçon va ainsi raviver l’émerveillement au cœur de cette région glacée. Et pourrait bien être à l’origine d’une des plus belles légendes.


Mon avis :
Dès sa sortie, ce roman m'a intrigué. La couverture est en grande partie la cause de ma curiosité. Elle est très réussite, comme souvent chez Lafon, et titille notre imagination.
J'adore les histoires de noël. Émotionnellement parlant, je suis une adepte inconditionnel de cette fête. Qu'importe les dépenses astronomiques et le marketing autour de cette événement, la symbolique familiale est bien plus important encore (pour moi). 
C'est pourquoi j'aime les histoires heureuses, romanesques, glucosées et si attachantes de Noël. Je ne m'en lasse pas. Et si, cette fois-ci, je n'ai pu dévorer, à temps, un roman à la date du 25, comme chaque année, j'ai pu tout de même, lire avec quelques semaines de retard, un roman sur le sujet.

Et quel roman ! 
Un best seller dans son pays, adapté en un petit film (que je n'ai pas vu), et qui, de part sa synopsis, ne pouvait que m’allécher. 

Malheureusement mon ressenti après lecture, n'est pas aussi enthousiaste qu'au commencement...

Pourtant, l'idée était toute trouvée. 
Raconter, l'histoire du père-noël, de manière réaliste, avec, toutefois, une petite, microscopique, pointe de magie...
J'aimais cette idée, et bien que l'histoire coordonne ce mini résumé, la qualité de ma lecture ne fut pas aussi idéal. J'ai eu un manque. 
Peut-être que le public jeunesse, pour lequel il est adressé, était bien trop enfantin à mon goût. Je ne critique pas le travail de l'auteur, qui arrive à nous transporter en Laponie auprès du petit Nicolas. Mais plus son manque de détails, ou de maturité. 
Je n'ai pas accroché sur un ensemble, l'atmosphère, peut-être...

Un autre point m'a un peu dérangé. Et là, ce n'est que mon avis. J'aurais aimé une fin moins rapide. Plus de détail, et peut-être, un travail plus approfondit sur le mystère autour de cette sirène... Tout n'est que suggéré un peu à la va vite. Et pour moi, bien que l'histoire de Nicolas soit très sympathique, j'ai pensé que la fin était en faite le début du roman... 

Toutefois, pour un public d'enfants de moins de douze ans, j'invite tout parents à lire ou faire lire à leurs bambins, ce conte joliment décrit.
L'histoire est simple, les mots également, ce qui rend la lecture facile pour les non-initier à la lecture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire