samedi 5 mars 2016

Les chaises suivi de L'impromptu de l'Alma

Auteur : Eugène Ionesco
Edition : Folio
Genre : Théâtre
Prix :
178 pages 
Synopsis :
Le vieux : il y avait un sentier qui conduisait à une petite place ; au milieu, une église de village... où était ce village ? Tu te rappelles ? La vieille : Non, mon chou, je ne sais plus. Le vieux : Comment y arrivait-on ? Où est la route ? Ce lieu s'appelait, je crois, Paris... La vieille : Ça n'a jamais existé, Paris, mon petit. Le vieux : cette ville a existé puisqu'elle s'est effondrée... C'était la ville de lumière puisqu'elle s'est éteinte, éteinte, depuis quatre cent mille ans... Il n'en reste plus rien aujourd'hui sauf une chanson....
... Les chaises où douleurs et poésie mises à nu demeurent sans cesse offertes au rire du spectateur Geneviève Serreau, Histoire du nouveau théâtre . 


Mon avis :

Si je dois retenir une histoire sur les deux, mon choix se porterait sans doute pour "Les chaises".
Plus marquant, plus prenant également... 
J'aime Eugène Ionesco pour son grain de folie, et sa vision du monde qui l'entoure. "Les chaises" nous dévoile tout son génie, et je me suis surprise à être spectatrice dans cette salle, où les chaises vident s'amoncelles un peu plus au fils des scènes.

On s'imagine parfaitement ces visiteurs venus, écouter l'orateur, des quatre coins du monde. Cette société d’érudits qui souhaitent entendre les dernières découvertes, de ce scientifique déluré.
J'ai souris face à ce couple séparé par cette foule qui s'agrandit de minute en minute. La scène est vivante et dynamique. On perçoit le bruit ; les mouvements ; l'entassement...
C'est une pièce visionnaire qui nous transporte vers un futur chaotique. J'en ai adoré chaque mot.

Pour la seconde pièce, L'impromptu de L'Alma, je dois vous avouer que ma lecture reste flou. Je n'ai pas accroché à cette histoire, et j'irais même jusqu'à dire qu'aussitôt lu, je l'ai oublié. 
Je reconnais que j'ai laissé quelques semaines s'écouler avant de faire  cette chronique. Ce qui pourrait être mon... handicape face au manque de mot... Mais alors que je me souviens parfaitement des Chaises, j'ai  comme un grand trou de mémoire concernant celle-ci.

Ce qui prouve qu'elle ne m'a inspiré aucune sympathie... Une première pour moi, amoureuse de cette auteur... 

J'en resterais donc là... Et pour tout dire... j'aurais aimé pouvoir noté ses deux œuvres séparément...

Les chaises : 

Ma note : 16.5/50

L'impromptu de l'Alma :

Ma note : 12/20

Ce qui donne une moyenne de 14.25/20... pas terrible...

2 commentaires:

  1. Amateur de Ionesco, je note donc Les chaises. De mon côté je viens de finir Le solitaire, son seul roman, ça change vraiment de ses pièces, très philosophique ! Sinon j'aime beaucoup Le roi se meurt, je ne sais pas si tu connais. Je vais maintenant aller découvrir le reste de ton blog ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais bien aimé le roi se meurt également. Mais mon préféré pour le moment est : La Leçon, pièce qui d'ailleurs, me l'a fait découvrir. Je note Le solitaire dans mes livres à acheter. :)

      Supprimer