samedi 25 mars 2017

La vérité sur l'Affaire Harry Quebert

Saga : Marcus Goldman
Auteur : Joël Dicker
Edition : De Fallois
Genre : Thriller
857 pages
Prix : 9.20
Synopsis :
À New York, au printemps 2008, lorsque l'Amérique bruisse des prémices de l'élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d'écrire le nouveau roman qu'il doit remettre à son éditeur d'ici quelques mois. Le délai est près d'expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d'université, Harry Quebert, l'un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.
Convaincu de l'innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l'enquête s'enfonce et il fait l'objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s'est-il passé dans le New Hampshire à l'été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

Mon avis :

Dès sa sortie, ce roman à su trouver son public. Ma mère, lectrice tout aussi assidue que sa fille, s'est donc empressée de me le conseiller. Une histoire qu'elle avait adoré, et que je ne pouvais qu'aimer à mon tour.

Qui suis-je pour contredire ma chère mère ? 

Bien qu'elle l'avait en version papier, j'ai choisi, pour ma part, une lecture audio, histoire de pouvoir en profiter pendant mes heures de conduite. Ma curiosité piquée, n'a pas pu attendre les nombreux trajets, et je me suis retrouvée, assise dans mon fauteuil, à écouter cette enquête parfaitement menée, par un Marcus Goldman opiniâtre, près à tout pour sauver son ami. 

Les Thrillers, en général, ne sont pas réellement accrocheurs. Parce que trop souvent, j'arrive à résoudre l'affaire trop vite à mon goût, je me lasse et mets de côté ce genre littéraire, quelques temps. 
Là, mon envie de  connaitre ce Best Seller, fut plus forte que tout, et bien que, très rapidement encore, j'ai soupçonné dès son entré dans l’histoire cette personne, je me suis retrouvée totalement immergée dans cette enquête qui nous révèle, au fur et à mesure, des faits tous plus incroyables ; surprenants et déroutants. 
Je suis, dès lors, devenue boulimique de ce bouquin.

Parlons des personnages...

Le principal, Marcus, un jeune écrivain, dont le premier livre fut une réussite et qui s'échine à trouver un nouveau sujet. Parce qu'il n'arrive pas à écrire, l'angoisse de la page blanche, il décide de retrouver son ancien Maître, un auteur célèbre pour avoir écrit le plus grand chef d'oeuvre américain, connu et reconnu par l'ensemble de la communauté littéraire.  
Sa panne d'inspiration va le mener vers une enquête qu'il n'aurait jamais soupçonné devoir résoudre. Comment réussir à disculper son mentor, un père, l'homme qui fit de lui un homme, un écrivain. 

J'ai aimé également, Harry, qui bien qu'un peu absent au vue de son incarcération, n'a de cesse d'être présent dans le passé de cette petite ville. Tout tourne autour de lui, et de Nola. Son amour, sa vie, ses secrets, nous le rendent touchant, émouvant, et friable. J'ai particulièrement aimé les passages en début de chaque chapitre, qui se déroule pendant les jeunes années de Marcus, où Harry lui enseigne la vie. Chaque conseil, apporte cette nostalgie d'années joyeuses, prospères et agréables entre les deux hommes. 

Nola, qui, s'en trop vous en dire, est... surprenante. J'ai, je dois l'avoué, eu quelques doutes sur sa sincérité. Et c'est peut-être elle qui m'a le plus surprise. 
Car l'auteur nous fait vivre avec tendresse, cette histoire d'amour, impossible, entre une jeune de quinze ans et un homme plus vieux qu'elle. Nola est naïve, fragile, innocente et pourtant si courageuse.
Elle a l'ardeur de la jeunesse, l'espérance, et le pouvoir d'aimer sans restriction. 
Bien que nous connaissions sa fin tragique, chaque moment de partage entre elle et Harry, mais également avec les autres personnages, nous inspirent une certaine douceur, qui est bienvenu dans tout cette tragédie.

Il y a bien évidement tout les autres, secondaire, mais pourtant si important. J'ai adoré les passage avec la mère de Marcus. Et bien qu'il y en est eu peu, j'ai beaucoup rit de ses répliques. 
J'ai bizarrement apprécié un chauffeur ; exprimé ma colère face à un éditeur et un avocat ; eu pitié pour une serveuse et un mari  rabaissé par sa femme.
Tout ses personnages forts, servent à une histoire percutante, addictive et dévorante. Et bien que, je me répète, l'auteur du meurtre était une évidence (au début), je crois bien avoir mis tout le monde dans le sac des suspects, tant certains cachaient bien leur jeu... 

Comment vous convaincre encore, d'ouvrir ce roman...
Peut-être en  vous citant Harry, lui-même. Propos tenus dans les dernières pages du livre.  (Je vous rassure, il n'y a aucune révélation, vous pouvez continuer de lire.=
"Un bon livre, Marcus, ne se mesure pas à ses derniers mots uniquement, mais à l'effet collectif de tous les mots qui les ont précédés. Environ une demi-seconde après avoir terminé votre livre, après en avoir lu le dernier mot, le lecteur doit se sentir envahit d'un sentiment puissant. Pendant un instant il ne doit plus penser qu'à tout ce qu'il vient de lire, regarder la couverture et sourire avec une pointe de tristesse, parce que tout les personnages vont lui manquer. Un bon livre Marcus, est un livre que l'on regrette d'avoir terminé."

Et... Je regrette de l'avoir terminé.


Ma note : 18/20

2 commentaires:

  1. Cette citation fait partie de mes préférées parmi toutes mes citations dans mon cahier. Et j'y repense chaque fois que je ferme un livre que j'ai adoré =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est une excellente idée ce cahier ! C'est une citation qui m'a touché parce que c'est tellement ce que je ressens quand je finis un très bon livre !

      Supprimer