lundi 6 mars 2017

L'espèce fabulatrice

Auteur : Nancy Huston
Genre : Essai
Edition : Babel
196 pages
Prix : 7.70 euros
Synopsis :
Ils disent, par exemple: Apollon. Ou: la Grande Tortue. Ou: Râ, le dieu Soleil. Ou: Notre Seigneur, dans Son infinie miséricorde. Ils disent toutes sortes de choses, racontent toutes sortes d'histoires, inventent toutes sortes de chimères.
C'est ainsi que nous, humains, voyons le monde : en l'interprétant, c'est-à-dire en l'inventant, car nous sommes fragiles, nettement plus fragiles que les autres grands primates.
Notre imagination supplée à notre fragilité. Sans elle - sans l'imagination qui confère au réel un Sens qu'il ne possède pas en lui-même - nous aurions déjà disparu, comme ont disparu les dinosaures.


Mon avis :

J'ai ce livre dans mes placards depuis quelques années maintenant, et peut-être ,par doute d'être insatisfaite, je ne l'avais jamais ouvert.
Pourtant, si il se trouvait dans ma bibliothèque c'était bien parce que j'avais lu, quelque part, un article élogieux sur son texte.

Parce que je n'aime pas que mes livres prennent la poussière, et parce que je voulais lui donner une chance, je l'ai enfin lu.

Comment critiquer un essai qui ne m'a pas du tout inspiré. Il faut dire que le texte n'est qu'une soutenance sur la psychologie humaine. Le sens de chaque chose, la religion, les guerres, le fait de toujours chercher le pourquoi d'un fait ou d'une parole. 
L'auteur décortique nos émotions, nos réactions et nous "impose" sa vision de notre mode de fonctionnement. Nous sommes des barbares, qui réfléchisse un peu trop, et qui sont incapables de concevoir l’irréelle. 

Je reconnais que ma lecture fut un peu brouillonne. Je n'ai pas réussi  à accrocher à cette analyse et, je me suis ennuyée.
Peut-être est-ce la faute à ce texte Freudien, je n'ai jamais réussi à trouver plaisant de lire des rapports sur notre psychologie, bien que j'ai hautement apprécié l'étudier (ce qui bizarrement, n'a rien à voir pour moi). 
Mes lectures ne doivent être qu'évasion, là, j'avais l'impression d'être face à une personne qui m'imposait sa vision des choses, en accusant l'espèce humaine d'être ce qu'elle est. 

Je n'ai pas la prétention d'en savoir plus qu'elle, mais je n'aime pas porter un jugement sur autrui sans les connaitre. Bien sur les guerres sont destructrices et nous rende fou (pour  beaucoup), mais comment réagirions nous si nous même nous étions face à cette situation. 

Bon, je n'en dirais pas plus, cela ne m'a servi à rien de lire ce livre, mais pour ceux qui aime ce genre de lecture, elle peut trouver preneur. 


Ma note : 11/20 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire