mardi 6 février 2018

La Dame aux camélias

Auteur : Alexandre Dumas fils
Genre : Classique
Edition : Pocket
250 pages
Prix : 4.60
Synopsis :
Ce roman, dont Alexandre Dumas fils tira aussi un drame, est inspiré de l'existence authentique de Marie Duplessis. Merveilleusement belle et intelligente, cette courtisane fut adorée du Tout-Paris et de l'auteur lui-même. Il dut renoncer à elle, car il n'était pas assez riche. Verdi fit de ce drame un opéra sublime, La Traviata.
Armand et Marguerite vivent un amour immense qui survit à tous les obstacles et à toutes les tromperies. Le père d'Armand interdit cet amour inconvenant. Mais rien n'aura empêché le bonheur d'aimer, la virginité retrouvée, l'argent et les conventions dédaignés. L'amour véritable, c'était pour Marguerite l'espoir, le rêve et le pardon de sa vie. Tout lui fut donné, mais à quel prix !

Mon avis :

Cela faisait un petit moment que je souhaitais lire ce roman. Vous savez désormais mes lacunes concernant les romans classiques, et je m'efforce, peu à peu, de combler ce manque de lecture dans ma bibliothèque.
Depuis la création de ce blog, j'avoue avoir commencé à former un capital Classique assez intéressant. 

Cette fois-ci, je m'atèle à Alexandre Dumas fils. Et si j'ai bien compris, c'est la seule oeuvre qu'il est faite. 

J'avais déjà beaucoup entendu parler de La Dame aux camélias, vous dire à quelles occasions, je ne serais les moments exacts, mais tout au long de mes études, et ma petite vie d'adulte, ce roman a croisé mon chemin. Bien sûr, je n'avais pas encore eu l'occasion de le lire, et c'est donc avec un certain entrain que je me lance...

Dire que ce roman restera gravé dans ma mémoire, serait un peu fort... Et bien que le style de l'auteur soit captivant, j'ai eu quelques difficultés avec Marguerite, l'héroïne de cette histoire.
Pourtant, les premiers chapitres présageaient une personnalité touchante... 
Dès le début, nous savons que la jeune femme est décédée, suite à une grave maladie. Croulante sous les dettes, morte isolée de cette société qui la vénérait, seule et incomprise, et pourtant, aimé de la plus belle des façons par un jeune homme au cœur déchiré.
L’histoire nous est conté par cet personne. L'amant malheureux, à l'âme meurtrie, qui ne cesse de se désolé de la perte de cette femme hypnotisante. 
Nous remontons deux ans avant le drame, et nous suivons donc la rencontre et l'attirance de cet homme pour cette femme entretenue. 

Bien que je comprenne sa personnalité, un moyen de défense pour préservé le peu qu'il lui reste, j'ai eu quelques difficultés a aimé cette demoiselle assez agaçante. Je l'ai trouvé odieuse, sans manque de savoir vivre, dépensière, colérique, vaniteuse et capricieuse. Je été refroidit par ses manières, son comportement face à Armand et même face à certains de ses amants. Elle ne m'a tiré aucune sympathie, et du coup, je n'ai pas été bouleversé par sa peine, ou sa mort. 
Au contraire d'Armand, ce jeune homme épris, qui sacrifie sa vie et sa condition pour cette femme, laissant de côté sa carrière et sa famille. Un dévouement qui bien que compréhensible, me laisse un peu perplexe. Surtout dans les premiers chapitres de leur histoire. On le sent capable de tout, et fou de jalousie face aux autres hommes qui entoure Marguerite. On peut comprendre cette aveuglement, mais il m'est un peu difficile de l'accepter... 

J'ai donc eu un peu de mal à voir cet amour, avoir un sens... Une histoire d'amour impossible, qui ne m'aura pas vraiment convaincue. Pourtant, tout ce qui aurait pu me bouleversé était rassemblé. Cette histoire tragique, qui promettait un avenir pour ses deux tourteaux ; le sacrifice de cette femme pour cet homme ; le drame, enfin, de cette jeune dame morte sans aucun espoir de retrouvaille. 
Je suis passée un peu à côté, je le reconnais.

Pour finir sur un point fort, la plume de Dumas fils m'a ravis. J'ai apprécié chaque mot, chaque phrase. Une poésie dans un roman... J'ai aimé la façon de conté cette histoire, j'ai aimé que ces personnages soient écorchés, et fragiles, bourrés de qualité comme de défaut. Et bien que Marguerite ne m'est pas touchée, j'ai apprécié, tout de même, son amour dévoué pour Armand... 

Une histoire sombre qui révèle la cruauté de la vie...

Ma note : 15.5/20

4 commentaires:

  1. Je crois en avoir peu entendu parler pour ce qui est de ma part. Je suis tout de même curieuse de voir quelle part de poésie y est incluse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas de la poésie pure mais plus le style qui est poétique... :)

      Supprimer
  2. C'est bien ce que j'avais saisi ;)

    RépondreSupprimer