vendredi 22 juin 2018

La Femme du boulanger




Auteur : Marcel Pagnol
Genre : théâtre 
Edition : de Fallois
189 pages
Prix : 6.50
Synopsis :
La femme du boulanger s'est enfuie avec un berger. Le boulanger se saoule et ne fait plus de pain. Tous les habitants du village - y compris les ennemis légendaires, l'instituteur et le curé - s'unissent pour retrouver la femme du boulanger. Le marquis prend la direction des opérations...





Mon avis :

Cela faisait longtemps que je voulais lire ce roman. 
Vu de nombreuses fois en adaptation, et ayant déjà mes petits moments préférés, j'avais très envie de découvrir cette pièce, du point de vue de la lecture. C'est chose faite à présent.

Je vais tout d'abord vous dévoiler le côté négatif de cette immersion... Je n'ai pas, comme souvent avec cet auteur, voyager dans la garrigue... Je m'explique. Ce que j'apprécie particulièrement dans les œuvres de Marcel Pagnol, c'est le côté chantant de l'accent des différents protagonistes de ses histoires. C'est le soleil, les cigales, et la simplicité de son monde. Là, bien qu'il y est parfois quelques phrases ponctuer de mot du sud de la France, j'ai eu du mal à me retrouver sous la chaleur méditerranéenne...
Une constatation importante, quant on sait que c'est ce que je recherche dans ses romans.

Mais revenons en à l'histoire.
Je passerais sur la préface, qui raconte l'histoire d'un boulanger alcoolique, et qui n'est donc pas des plus intéressantes... Bien qu'il s'agisse d'une première esquisse à La Femme du boulanger.
L'intrigue se situe dans un petit village. Très vite nous comprenons l'importance du pain au sein des foyers. L'achat de celui-ci étant le moteur principal à une bonne journée, tous espère que le nouveau boulanger sera à la hauteur. Le dernier s'étend pendu près des fourneaux, tous attendent cette miche de pain au bord croustillant avec exaltation. Fini la galère pour s'en procurer !
Accompagner de sa femme, Aimable adore pétrir la pâte pour les beaux yeux de sa belle. Il ne vie que pour elle, pour lui gagner un peu de sous. 
Mais celle-ci regarde ailleurs, et sur un coup de tête (ou devrais-je dire de cœur), elle s'enfuit avec un berger... 
Ne voyant plus sa femme, le boulanger décide de tout arrêté jusqu'à son retour, s'ensuit une recherche intensive de tout les villageois, comprenant bien vite que leur pain ne leur sera rendu qu'au retour de la fuyarde...

Ce boulanger est si attendrissant, aveugle et amoureux, que la tromperie de sa femme ne lui effleure même pas l'esprit, bien que beaucoup lui donnent de solides preuves de son infidélité. J'ai aimé sa patience, cet amour puissant, qui le pousse au déni. 
Et puis il y a cette réplique que tous attend, moi en l'occurrence. Celle du retour de pomponnette. La chatte à elle aussi décidé d'abandonner son compagnon pour un autre, et la voilà de retour. Le boulanger, profite de cette soudaine arrivée, pour dire ce qu'il a sur le cœur. Son texte nous laisse à penser que ce mari cocu n'est pas si crédule, et qu'il s'est comment faire comprendre à sa femme son point de vue sur sa fugue. 

J'ai beaucoup aimé cette lecture, bien que ma préférence aille pour l'adaptation de Marcel Pagnol.




Ma note : 16/20

Aucun commentaire:

Publier un commentaire