dimanche 20 mai 2018

Les Annales du Disque-Monde

 

Tome 1 : La huitième couleur ; tome 2 : Le huitième sortilège
Auteur : Terry Pratchett
Editions : Pocket
Genre : Fantasy ; Humoristique
Prix : 6.80
Tome 1 : 288 et Tome 2 : 256 pages
Synopsis :
Dans une dimension lointaine et passablement farfelue, un monde se balade à dos de quatre éléphants, eux-mêmes juchés sur la carapace de la Grande Tortue...Oui, c'est le Disque-monde... Les habitants de la cité d'Ankh-Morpork croyaient avoir tout vu. Et Deuxfleurs avait l'air tellement inoffensif, bonhomme chétif, fidèlement escorté par un Bagage de bois magique déambulant sur une myriade de petites jambes. Tellement inoffensif que le Patricien avait chargé le calamiteux sorcier Rincevent de sa sécurité dans la cité quadrillée par la Guilde des Voleurs et celle des Assassins ; mission périlleuse et qui devait les conduire loin : dans une caverne de dragons ; peut-être jusqu'au Rebord du Disque. Car Deuxfleurs était d'une espèce plus redoutable qu'on ne l'imaginait : c'était un touriste...

Mon avis :

Bien que j'essaye toujours de me mettre à la page, en matière de fantasy, et ayant commencé sur le tard... j'ai encore beaucoup de lacune et j’acquière difficilement une culture pour ce genre de lecture.
Il y en a tellement !

Alors, quand on commence par me dire : " Quoi ! Tu ne connais pas Terry Pratchett ! Tu n'as jamais entendu parlé du disque-monde ! Toi qui aime tant les romans fantasy, tu n'a pas encore lu les 30 (et quelques) tomes de ce grand auteur ! "
J'avoue que ma curiosité me chatouille le ventre et que j’accepte très rapidement de réparer cette erreur.

C'est donc avec une certaine excitation, que j'entre dans ce nouveau monde bien étrange...

Imaginez. Une tortue géante, nageant dans l'espace, et portant sur son dos, quatre éléphants, qui, à leur tour, soutiennent un disque, ou nous pouvons découvrir un monde. Un monde avec des habitants, des dragons, des ogres, et des géants. Un monde qu'un touriste décide d'explorer. Accompagné d'une malle, ballotté sur des centaines de petits pieds et mangeuse d'homme et de toutes sortes de choses à ces heures perdues... 
Rajoutez. Un sorcier incapable d'exercer la magie, peureux et peu héroïque. 
Puis. Saupoudrez tout cela d'une pointe d'humour So British et vous aurez un peu près l'univers rocambolesque créé de toute pièce par un auteur débordant d'imagination.

J'ai crains de devoir acheter l'intégralité de la saga, mais forte heureusement pour moi, Terry Pratchett à choisi de ne pas garder ses héros au fils de ces tomes. A l'exception des deux premiers opus, nous pouvons donc choisir de distiller dans le temps les nombreux romans ou de nous arrêter au deux premiers si l'envie nous prend ou si la magie n'a pas opéré.

Et c'est peut-être là le point négatif de cette saga. Car sachant que je ne retrouverais pas les deux protagonistes de la première histoire, je n'ai pas réussi à me les accaparer. Bien que ce soit des personnages attachants, je n'ai pas été touché par eux, je n'ai pas pu m'impliquer comme toute bonne saga qui se respecte, sur ces deux petits héros qui finalement ne seront qu'un vague souvenir suite à la lecture des 30 (et quelques) romans de la  saga.

Toutefois, cette univers est d'une richesse incroyable et les différentes Nouvelles qui vont suivre vont se révéler attrayantes et divertissantes. J'ai bien l'intention d'y succomber... Et  vous ?
~~~ 

Tome 3 : La huitième fille
Edition : Pocket 
Genre : Fantasy, Humouristique
Prix : 6.20
222 pages
Synopsis:
Sentant venir sa mort prochaine, le mage Tambour Billette organise la transmission de ses pouvoirs, de son bourdon, de son fonds de commerce. Nous sommes sur le Disque-Monde (vous y êtes ? Nous y sommes). La succession s'y effectue de huitième fils en huitième fils. Logique. Ainsi opère le mage. Puis il meurt. Or, il apparaît que le huitième fils est cette fois... une fille. Stupeur, désarroi, confusion : jamais on n'a vu pareille incongruité. Trop tard, la transmission s'est accomplie au profit de la petite Eskarina. Elle entame son apprentissage sous la houlette rétive de la sorcière Mémé Ciredutemps...


Mon avis :

Quel plaisir de retrouver ce monde qui m'avait t'en plus ! J'avais très envie de connaitre cette petite Eskarina, huitième fille d'un père qui était le même un huitième fils. Cela me rappel une saga que j'aime énormément, l'épouvanteur, où il est question de septième fils, voué à une carrière d'épouvanteur...
Là, il est question de magie, et j'adore la magie !

Mais voilà, parce que l'histoire ne serait pas drôle ni tarabiscoté, l'auteur à décider que le mage né, ne serait pas un garçon, mais bien une fille. Une femme mage ! Un fait totalement ridicule dans cet univers très sexisme. L'académie n'a jamais eu à faire à une demoiselle, sauf en côtoyant des sorcières, titre donné aux femmes magicienne. Mais jamais, au grand jamais cette communauté n'a vu de jeune fille se proclamer comme tel !

Pour Eskarina, le chemin vers la reconnaissance ne va pas être évidant. Surtout lorsqu'on a comme précepteur une sorcière du nom de mémé Ciredutemps, et des pouvoirs qui n'en font qu'à leur tête.

J'ai vraiment adoré cette histoire. Je la classe pour le moment dans l'une de mes préférés de cette saga, et bien que je n'en ai pas encore lu beaucoup, j'ai passé un très agréable moment.
Je l'ai dévoré tout simplement. 

Eskarina est une petite fille adorable, et assez insouciante, qui croit en ses rêves, et j'ai aimé l’interaction qu'elle a avec sa représentation de la magie. Tout est assez simple pour elle, les gens ne peuvent être que bon, la magie n'a aucune limite et ne peut pas faire de mal, elle est rafraîchissante, et adorable, et j'ai beaucoup aimé les échanges entre elle et la sorcière.

L'unviers est toujours aussi captivant. J'aime vraiment beaucoup ce monde et ses mystères, et peu à peu nous en découvrons un peu plus au court de toutes ses histoires...

Vivement la suite !
Ma note : 17/20
~~~

Tome 6 : Trois Soeurcières
Edition : Pocket
Prix : 6.20
288 pages 
Synopsis :
Le vent, l'orage et les éclairs... Tout cela dans l'horreur d'une profonde nuit. Une de ces nuits, peut-être, où les dieux manipulent les hommes comme des pions sur l'échiquier du destin. 
Au cœur des éléments déchaînés luisait un feu, telle la folie dans l'œil d'une fouine. Il éclairait trois silhouettes voûtées. Tandis que bouillonnait le chaudron, une voix effrayante criailla : 
"Quand nous revoyons-nous, toutes les trois ?"
Une autre voix, plus naturelle, répondit :
"Ben, moi j'peux mardi prochain."
Rois, nains, bandits, démons, héritiers du trône, bouffons, trolls, usurpateurs, fantômes, tous sont au rendez-vous. Shakespeare n'en aurait pas rêvé autant. Ou peut-être que si ? Mais l'avantage du roman par rapport au théâtre, c'est que l'on peut s'autoriser beaucoup, beaucoup plus de personnages. Et même le ravitaillement en vol d'un balai de sorcière. 


Mon avis :

Bien que j'aime lire une saga dans l'ordre croissant et souvent par pur obligation (l'histoire ayant un commencement, un déroulement et un dénouement), j'ai choisi de changer les règles concernant cette épopée au sein du Disque-Monde.
Bien qu'il y est une trentaine de romans, chaque histoire à son personnage principale et n'a donc rien à voir avec le précédent opus, excepté le tome 1 et 2 qui se complètes.

J'ai donc pris le partie de choisir ma suite par rapport à la synopsis et non par rapport au chiffre de chaque tome.

Et quel plaisir de pouvoir lire cette histoire ! 

Bien que mon entrée sur cette planète bien étrange, fut une réussite, je pense avoir une préférence pour cette aventure là.
Le style de Terry Pratchette est pour le coup bien marqué, et j'ai enfin compris cette humour que tant de lecteurs ont pu apprécier.
Pas que les précédents tomes ne m'aient pas un peu faire rire, j'avais eu quelques petits moments d'amusements. Mais cette fois-ci, le doute n'est plus permis, j'ai su trouver la plume humoristique de l'auteur et je pense mettre vraiment divertis dans ma lecture.

L'histoire est peut-être, aussi, le petit plus à mon engouement. 

Car il s'agit d'une véritable aventure mêlant le meurtre, la vengeance et une pointe de magie qui a su totalement me captiver.
Le roi est mort de la main de son descendant directe (outre son fils, nourrisson). Mais alors que la mort vient chercher son âme, celui-ci décide d'évoluer en fantôme pour pouvoir se venger. Malheureusement, c'est en découvrant que son fils vient d'être enlevé, qu'il se rend compte de son impossibilité à sortir de l’enceinte du château. Il ne peut que hanter les murs et prier pour qu'une personne arrive à entrer en communication avec lui...

C'est là qu'entre en scène trois sorcières...

J'ai vraiment adoré chaque rebondissement de cette histoire. Les personnages principaux, cette fois-ci, sont donc trois sorcières qui ne ressemblent pas vraiment à l'image que je m'en faisais. Et j'ai aimé cela ! Souvent décrites comme de vieilles femmes sournoises et machiavéliques, incapables de la moindre gentillesse,  solitaires et j'en passe, elles n'avaient pas ma préférence. 
L'auteur, pour le coup, à choisi de les rendre plus humaines, moins austères (enfin pour deux d'entre elles) et avec un capital sympathie plus acceptable.

L'histoire est rondement menée, et j'ai apprécier airé dans ce monde Fantasy que j'apprécie tant.
Un bon point qu'en on sait qu'il me reste encore beaucoup de tome à lire avant d'achever cette saga...

2 commentaires:

  1. Rincevent apparait dans de nombreux autres tomes avec son Bagage.
    Même Deuxfleurs revient faire un petit coucou plus tard :)

    RépondreSupprimer